hugo670

Actualités électroniques

Actualités électroniques 2015-2014

3 août 2016

Actualités électroniques 2016-2014

*Le Prix de la thèse dix-neuviémiste décerné par le CL 19 (comté de liaison de la Société des Etudes romantiques et dix-neuviémistes)  a été remis par Jérôme Farigoule, directeur du musée de la Vie romantique, à Sylvain Nicolle pour sa thèse de doctorat en Histoire contemporaine de l’université Paris-Saclay intitulée La Tribune et la Scène. Les débats parlementaires sur le théâtre en France au XIXe siècle (1789-1914) soutenue le 3 décembre 2015 à l’université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines sous la direction de Jean-Claude Yon. Elle est accessible au format numérique à l’adresse suivante : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01317496/document

*Une chronique de 10’45 sur « Victor Hugo auteur de chansons » ponctuée d’extraits musicaux et diffusée le 17 juillet 2016 sur France Info dans le cadre d’une émission de Bertrand Dicale, invité Vincent Delerm, peut être écoutée en ligne jusqu’au 12 avril 2019 : http://www.franceinfo.fr/emission/playlist-amoureuse-de-la-chanson/2016-ete/victor-hugo-auteur-de-chansons-17-07-2016-06-25

*Marcel Foulon nous signale que l’on peut écouter en ligne Serviteurs de la loi et héros du droit chez Victor Hugo, colloque (qui s’est tenu dans la Grand’Chambre de la Cour de cassation le 19 mai 2016) avec deux communications : de Gérard Gengembre, professeur émérite de littérature à l’université de Caen et Denis Salas, magistrat, président de l’Association française pour l’Histoire de la Justice. Lien pour retrouver en vidéo la captation de cette séance, y compris les questions posées par le public et les réponses : https://www.courdecassation.fr/venements_23/colloques_formations_4/colloques_videos_6111/heros_droit_34426.html

*On peut écouter en ligne la captation sur France 3 d’une mise en musique de « Demain dès l’aube » par Cyprès : http://www.cypresmusique.com/#!set-list/c1jmr

*Lancement, le 11 mai, d’un portail — http://parismuseescollections.paris.fr/ – donnant accès en ligne, gratuitement, à plus de 185.000 oeuvres appartenant aux riches collections des 14 musées de la Ville de Paris, comme Carnavalet, le Petit Palais, le Musée d’art moderne ou la Maison de Victor Hugo.

*Carine Fréard nous signale une mine de vidéos hugoliennes sur un site :
http://www.babelio.com/auteur/Victor-Hugo/2250/videos

*Mise en ligne sur le site de la Fondation Bru Zane  d’une communication de Lise Régnier (introduite et conclue par Arnaud Laster) : « La Réception de La Esmeralda comme révélateur de sa modernité », dans le cadre d’un colloque de l’Opéra-Comique, La Modernité française au temps de Berlioz ( février 2010), sous la direction d’Alexandre Dratwicki et Agnès Terrier. Lien avec cette communication : 

http://www.bruzanemediabase.com/Parutions-scientifiques-en-ligne/Articles/Regnier-Lise-Laster-Arnaud-La-reception-de-La-Esmeralda-comme-revelateur-de-sa-modernite

*Du 17 août 2014 au 17 août 2015, l’acteur Pierre-François Kettler  a mis en ligne sur un site qu’il a intitulé  Entendre Victor Hugohttp://entendre-victor-hugo.com/ -, chaque jour l’enregistrement d’un poème lu par lui, accompagné de la reproduction du texte. Il les a classés par périodes de publication – « Avant l’exil », « Pendant l’exil », « Après l’exil » – et dans chacune de ces périodes par recueils. Des présentations d’Arnaud Laster complètent l’information. Poèmes disponibles :

- Odes et Ballades, « La Demoiselle » (IV, 16), « À G……y » (V, 10), « Pluie d’été » (V, 24), « La Légende de la nonne » (B. 13e)

- Les Orientales, « La Captive » (IX), « Clair de lune » (X), « L’Enfant » (XVIII), « Sara la baigneuse » (XIX), « Les Djinns » (XXVIII), « Rêverie » (XXXVI), « Novembre » (XLI ).

- Les Feuilles d’automne : « Ce siècle avait deux ans… », (I), « Ô mes lettres d’amour… » ( XIV), « Quand le livre… » (XVI), « À une femme » (XXII), « La Pente de la rêverie » (XXIX), « Souvenir d’enfance » (XXX), « Soleils couchants » (XXXV).

- Les Chants du crépuscule : « L’aurore s’allume… » (XX), « Hier la nuit d’été… » (XXI), « A Mademoiselle J. » (XXVI)

- Les Voix intérieures : « A Albert Dürer » (X), « Puisqu’ici-bas toute âme… » (XI), « La Vache » (XV), « À des oiseaux envolés » (XXII), « Jeune fille, l’amour… » (XXVI), « Après une lecture de Dante » (XXVII), « A Eugène, vicomte H » (XXIX), « La tombe dit à la rose… » (XXXI).

- Les Rayons et les Ombres, « Fonction du poète » (I), « Guitare » (XXII), « Tristesse d’Olympio » (XXXIV), « J’eus toujours de l’amour… » (XXXVII), « Oceano nox » (XLII).

- Châtiments : « Chanson » (livre 1er, XIII), « Souvenir de la nuit du 4 » (livre 2e, III), « Apothéose » (livre 3e, I), « Fable ou histoire » (livre 3e, III), « Orientale » (livre 3e, VI), « Un bon bourgeois dans sa maison » (livre 3e, VII) , « Sacer esto » (livre 4e, I), « Ceux qui vivent, ce sont ceux qui luttent… » (livre 4e, IX), « À quatre prisonniers » (livre 4e, XII), « Le Sacre » (livre 5e, I), « Ô drapeau de Wagram ! ô pays de Voltaire… » (livre 5e, V), « On est Tibère… » (livre 5e, VI), « Le Progrès, calme et fort… » (livre 5e, VIII), « Le Chant de ceux qui s’en vont sur mer » (livre 5e, IX), « Pauline Roland » (livre 5e, XI), « L’Expiation » (livre 5e, XIII), « Les Martyres » (livre 6e, II), « Luna » (livre 6e, VII), « Au peuple » (livre 6e, IX), « Floréal » (livre 6e, XIV),  « Stella » (livre 6e, XV), « Applaudissement » (livre 6e, XVI ou dans l’éd. complète de 1870, XVII), « C’était en juin, j’étais à Bruxelle… » (livre 7e, V), « Chanson » (livre 7e, VI), « Cette nuit, il pleuvait… » (livre 7e, VIII ou dans l’éd. complète de 1870, X), « Ultima Verba » (livre 7e, XIV ou dans l’éd. complète de 1870, XVII).

- Les Contemplations : « À ma fille » (1°, I), « Le poëte s’en va… » (1°, II), « Mes deux filles » (1°, III), «  Le firmament est plein de la vaste clarté… » (1°, IV), « À André Chénier » (1°, V), « La Vie aux champs » (1°, VI), « Réponse à un acte d’accusation » (1°, VII), « Suite » (1°, VIII), « Le poëme éploré se lamente… » (1°, IX), À Mme D.G. de G. (1°, X),  « Lise » (1°, XI), « Vere novo » (1°, XII), « À propos d’Horace » (1°, XIII), « À Granville, en 1836 » (1°, XIV), « La Coccinelle » (1°, XV), « Vers 1820 » (1°, XVI), « À M. Froment Meurice » (1°, XVII), « Les Oiseaux » (1°, XVIII), « Vieille Chanson du jeune temps » (1°, XIX), « À un poëte aveugle » (1°, XX), « La Fête chez Thérèse » (1°, XXII), « L’Enfance » (1°, XXIII), «Heureux l’homme occupé de l’éternel destin… » (1°, XXIV), « Unité » (1°, XXV), « Quelques mots à un autre » (1°, XXVI), « Oui, je suis le rêveur… » (1°, XXVII), « Il faut que le poëte… » (1°, XXVIII), « Halte en marchant » (1°, XXIX), « Premier mai » (2°, I), « Mes vers fuiraient… » (2°, II), « Le Rouet d’Omphale » (2°, III), « Chanson » (2°, IV), « Hier au soir » (2°, V), « Lettre » (2°, VI),  « Nous allions au verger… » (2°, VII), « Tu peux, comme il te plaît… » (2°, VIII), « En écoutant les oiseaux » (2°, IX), « Mon bras pressait ta taille frêle… » (2°, X),  « Les femmes sont sur la terre… » (2°, XI), « Églogue » (2°, XII), « Viens ! – Une flûte invisible… » (2°, XIII), « Billet du matin » (2°, XIV), « Paroles dans l’ombre » (2°, XV), « L’hirondelle au printemps… » (2°, XVI), « Sous les arbres » (2°, XVII), « Je sais bien qu’il est d’usage… » (2°, XVIII), « N’envions rien » (2°, XIX), « Il fait froid… » (2°, XX), « Il lui disait : “Vois-tu” » (2°, XXI), « Aimons toujours ! aimons encore… » (2°, XXII),  « Après l’hiver » (2°, XXIII), « Que le sort quel qu’il soit » (2°, XXIV), « Je respire où tu palpites… » (2°, XXV),  « Crépuscule » (2°, XXVI), « La Nichée sous le portail » (2°, XXVII),  « Un soir que je regardais le ciel » (2°, XXVIII),  « Écrit sur un exemplaire de la Divina Commedia » (3°, I), « Melancholia » (3°, II), « Saturne » (3°, III), « Écrit au bas d’un crucifix » (3°, IV), « Quia pulvis es » (3°, V), « La Source » (3°, VI), « La Statue » (3°, VII), « Je lisais. Que lisais-je ? » (3°, VIII), « Jeune fille, la grâce… » (3°, IX), « Amour » (3°, X), « ? » (3°, XI), « Explication » (3°, XII), « La Chouette » (3°, XIII), « A la mère de l’enfant mort » (3°, XIV), « Epitaphe » (3°, XV), « Le Maître d’études » (3°, XVI), « Chose vue un jour de printemps » (3°, XVII), « Intérieur » (3°, XVIII), « Baraques de la foire » (3°, XIX), « Insomnie », (3°, XX), « Écrit sur la plinthe d’un bas-relief antique » (3°, XXI), « La clarté du dehors… » (3°, XXII), « Le Revenant » (3°, XXIII), « Aux arbres » (3°, XXIV), « L’enfant, voyant l’aïeule… » (3°, XXV), « Joies du soir » (3°, XXVI), « J’aime l’araignée… » (3°, XXVII), « Le Poëte » (3°, XXVIII), « La Nature » (3°, XXIX), « Magnitudo parvi » (3°, XXX), « Pure innocence » (4°, I), « 15 février 1843 » (4°, II), « Trois ans après » (4°, III), « Oh ! je fus comme fou… » (4°, IV), « Elle avait pris ce pli… » (4°, V), « Quand nous habitions tous ensemble… » (4°, VI), « Elle était pâle… » (4°, VII), « A qui donc sommes-nous ? » (4°, VIII), « Ô souvenirs ! printemps ! aurore… » (4°, IX), « Pendant que le marin » (4°, X), « On vit, on parle…» (4°, XI), « À quoi songeaient les deux cavaliers dans la forêt » (4°, XII), « Veni, vidi, vixi » (4°, XIII), « Demain dès l’aube » (4°, XIV), « A Villequier » (4°, XV), « Mors » (4°, XVI), « Charles Vacquerie » (4°, XVII), « A Aug. V. » (5°, I), « Au fils d’un poëte » (5°, II), « Écrit en 1846 » / Écrit en 1855 » (5°, III), « La source tombait du rocher… » (5°, IV), « À Mademoiselle Louise B » (5°, V), « À vous qui êtes là » (5°, VI), « Pour l’erreur, éclairer, c’est apostasier… » (5°, VII), « À Jules J. » (5°, VIII), « Le Mendiant » (5°, IX), « Aux Feuillantines » (5°, X), « Ponto » (5°, XI), « Dolorosae » (5°, XII), « Paroles sur la dune » (5°, XIII), « Claire P. «  (5°, XIV), « À Alexandre D. » (5°, XV), « Lueur au couchant » (5°, XVI), « Mugitusque boum » (5°, XVII), « Apparition » (5°, XVIII), « Au poëte qui m’envoie une plume d’aigle » (5°, XIX), « Cérigo » (5°, XX), « A Paul M. » (5°, XXI), « Je payai le pêcheur.. ; » (5°, XXII), « Pasteurs et troupeaux » (5°, XXIII), « J’ai cueilli cette fleur… » (5°, XXIV), « Ô strophe du poëte… » (5°, XXV), « Le Pont » (6°, I), « Ibo » (6°, II), « Un spectre m’attendait… » (6°, III), « Ecoutez. Je suis Jean » (6°, IV), « Croire mais pas en nous » (6°, V), « Pleurs dans la nuit » (6°, VI), « Un jour, le morne esprit… » (6°, VII), « Claire » (6°, VIII), « À la fenêtre pendant la nuit » (6°, IX), « Éclaircie » (6°, X), « Oh ! par nos vils plaisirs… » (6°, XI),  « Aux anges qui nous voient » (6°, XII),  « Cadaver » (6°, XIII), « Ô gouffre ! l’âme plonge et rapporte le doute… » (6°, XIV), « À celle qui est voilée » (6°, XV), « Horror » (6°, XVI), « Dolor » (6°, XVII), « Hélas ! tout est sépulcre… » (6°, XVIII), « Voyage de nuit » (6°, XIX), « Relligio » (6°, XX), « Spes » (6°, XXI), « Ce que c’est que la mort » (6°, XXII), « Les Mages » (6°, XXIII), « En frappant à une porte » (6°, XXIV), « Nomen, numen, lumen » (6°, XXV), « Ce que dit la bouche d’ombre » (6°, XXVI ; ce poème fera l’objet d’un réenregistrement qui permettra d’apporter des retouches), « À celle qui est restée en France »

- La Légende des siècles (Première Série) : « Le Sacre de la femme » (I, 1), « La Conscience » (I, 2), « Puissance égale bonté » (I, 3), « Les Lions » (I, 4), « Le Temple » (I, 5), « Booz endormi » (I, 6), « Au lion d’Androclès » (II), « L’An neuf de l’Hégire » (III, 1), « Mahomet » (III, 2), « Le Cèdre » (III, 3), « Le Parricide » (IV, 1), « Le Mariage de Roland » (IV, 2), « Bivar (IV, 4), « La terre a vu jadis… » (V), « La Rose de l’infante » (IX), « Le Satyre » (VIII), « Après la bataille » (XIII, 1), « Le Crapaud » (XIII, 2), « Les Pauvres Gens » (XIII, 3).

- Les Chansons des rues et des bois : « Ordre du jour de Floréal » (1°, I,  1), « Orphée, aux bois du Caÿstre… » (1°, I, 2), «  ΨYXH » (1°, I, 3), « Le poëte bat aux champs » (1°, I, 4), « Interruption à une lecture de Platon » (1°, I, 5), « Quand les guignes furent mangées… » (1°, I, 6), « Paulo minora canamus » (1°, II, 1), « Réalité » (1°, II, 2), « Paupertas » (1°, II, 4), « Ô Hyménée » (1°, II, 5), « Hilaritas » (1°, II, 6), « Bas à l’oreille du lecteur » (1°, II, 8), « Je ne me mets pas en peine… » (1°, III, 1), « Jeanne chante… » (1°, III, 2), « La nature est pleine d’amour… » (1°, III, 4), « À Jeanne » (1°, III, 6), « Mon vers, s’il faut te le redire… » (1°, IV, 1), 3 « Lisbeth » (1°, IV, 4), « Chelles » (1°, IV, 5), « Choses écrites à Créteil » ( 1°, IV, 7), « Le Lendemain » (1°, IV, 8), « Le Doigt de la femme » (1°, VI, 1), « À Doña Rosita Rosa » (1°, VI, 4),  « À Rosita » (1°, VI, 5), , « C’est parce qu’elle se taisait » (1°, VI, 6), « À la belle impérieuse » (1°, VI, 7), « Sommation irrespectueuse » (1°, VI, 8), « Fêtes de village en plein air » (1°, VI, 9), « À propos de Doña Rosa » (1°, VI, 12), « Rosa fâchée » (1°, VI, 14), « Dans les ruines d’une abbaye » (1°, VI, 15), « Les trop heureux » (1°, VI, 16), IV « À un visiteur parisien » (1°, VI, 17), « Dénonciation de l’esprit des bois » (1°, VI, 18), « Réponse de l’esprit des bois » (1°, VI, 19), « Lettre » (1°, VI, 20), « L’Oubli » (1°, VI, 21),  « Depuis six mille ans la guerre… » (2°, III, 1), « Le Vrai dans le vin » (2°, III, 2), « Va-t-en, me dit la bise… » (2°, IV, 1), « Pendant une maladie » (2°, IV, 2), « À un ami » (2°, IV, 3).

- L’Année terrible : « Les 7.500.000 Oui » (Prologue), «  À l’évêque qui m’appelle athée » (Novembre, XI), « 1er janvier » (Janvier, I), « Une bombe aux Feuillantines » (Janvier, VI), « L’Enterrement » (Mars, IV), « Pas de représailles » (Avril, V), « Est-il jour ? Est-il nuit ?… » (Mai, IV), « Je n’ai pas de palais épiscopal en ville… » (Juin, IV), « À qui la faute ? » (Juin, VIII), « Sur une barricade… » (Juin, XI), « À ceux qu’on foule aux pieds » (Juin, XIII).

 

-La Légende des siècles (Nouvelle Série) : « La Vision d’où est sorti ce livre », « La Terre / Hymne » (I), « La Ville disparue » (IV), « L’Épopée du ver » (XI), « La Comète » (XVI), « Racan » (XVIII, 16), « André Chénier » (XVIII, 22), « Guerre civile » (XXIII).

-L’Art d’être grand-père : « L’Exilé satisfait » (I, 1), « Qu’est-ce que cette terre ?… » (I, 2), « Jeanne fait son entrée » (I, 3), « Victor, sed victus » (I, 4),   « L’Autre » (I, 5), « Georges et Jeanne » (I, 6), « Parfois je me sens pris d’horreur pour cette terre… » (I, 7), « Laetitia rerum » (I, 8), , « Je prendrai par la main… » (I, 9), « Printemps » (I, 10), « Fenêtres ouvertes » (I, 11), « Un manque » (I, 12),  « La Sieste » (II), « Jeanne songeait, sur l’herbe assise, grave et rose… » (III, 1), « Choses du soir » (III, 2), « Ah ! vous voulez la lune ?… » (III, 3), « Oh ! comme ils sont goulus… » (III, 4), « A Jeanne » (IV, 6), « La face de la bête… » (IV, 9), « La Cicatrice » (VI,  3), Une tape » (VI, 4), « Ma Jeanne dont je suis doucement insensé… » (VI, 5), « Jeanne était au pain sec… » (VI, 6), « Chanson pour faire danser en rond les petits enfants » (VI, 7),  « Le Pot cassé » (VI, 8), « Et Jeanne a dit… » (VI, 9), « Tout pardonner… » (VI, 10), « À des âmes envolées » (XIV), L’Âme à la poursuite du vrai » (XVIII, 5).

-Le Pape : « L’Infaillibilité », « En voyant passer des brebis tondues »

-La Pitié suprême : « Les profondeurs étaient nocturnes… »

-Religions et religion : « Le Dimanche » (I, 1), « Première Réflexion », (I, 2), « Le Théologien » (I, 3).

-L’Âne : « Tristesse du philosophe »

- Les Quatre Vents de l’esprit : « Le Bout de l’oreille » (I, 16), « Le vieil esprit de nuit, d’ignorance et de haine… » (I, 31), « Parfois c’est un devoir de féconder l’horreur… » (I, 32), « Qui que tu sois… » (I, 41), « Je suis fait d’ombre… » (III, 1), « Exil » (III, 37).

- La Légende des siècles (Série complémentaire) : « Mansuétude des anciens juges » (IV), « L’Echafaud » (V), « Les Mangeurs » (XVII), « Dieu fait les questions pour que l’enfant réponde » (XXI).

-La Fin de Satan : « Nemrod » (livre 1er, strophe 1e), « La Trappe d’en bas et la Trappe d’en-haut » (livre 1er, Strophe 5e), « La Plume de Satan » (« Hors de la terre II »)

- Toute la lyre : « Bourgeois parlant de Jésus-Christ » (I, 4), « Une tempête… » (II, 5), « Nous marchons ; il a plu… » (II, 6), « Gros temps, la nuit » (II, 20), « Effets de réveil » (III, 1), « Quand l’enfant nous regarde… » (III, 2), « Jeunes gens, prenez garde… » (III, 21), « Chanson » (IV, 17), « A Théophile Gautier » (IV, 36), « Le couchant flamboyait… » (V, 11),  « Ave, Dea ; moriturus te salutat » (V, 34) ; « Lorsque ma main frémit si la tienne l’effleure… » (VI, 1), « Oh ! si vous existez, mon ange… » (VI, 2), « Vois-tu, mon ange… » (VI, 3), « Ce qu’en vous voyant… » (VI, 4), « Vous m’avez éprouvé… » (VI, 5), « Sais-tu ce que Dieu dit… » (VI, 6), « Certe, elle n’était pas femme et charmante en vain… » (VI, 7). « Roman en trois sonnets » (VI, 8), « Chanson (« Il suffit de bien peu de chose… » (VI, 9), « Hermia » (VI, 10), « Oh ! la femme… » (VI, 11), « J’étais le songeur.. ; » (VI, 12), « L’amour vient en lisant… » (VI, 13), « Chanson » (VII, 8), « Oui, fût-on Homère… » (VII, 9), « Quiconque est amoureux… » (VII, 11), « Le Château de l’Arbrelles » (VII, 23, XXII), « Grandes Oreilles » (VIII, 25), « Être aimé » (Annexes ou Théâtre en liberté, Annexes).

-Dieu : « Une voix » (I ), « Une autre voix » (IX)

-Les Années funestes : « Aubin »

-Dernière Gerbe : « Voici que la saison décline… » (V), « Je m’arrêtai. C’était un ravin très étroit… » (VIII), « À un homme partant pour la chasse » (CI).

-Océan : « Le passereau… »

On peut prendre connaissance de son bilan à mi-parcours de l’année qu’il a vouée à l’enregistrement de poèmes de Victor Hugo, en guise de « chef-d’œuvre », tel que le concevaient les compagnons du devoir : http://acteur.pf-kettler.fr/2015/02/20/a-mi-parcours-dun-chef-doeuvre

*Interview d’Arnaud Laster sur le site du Cercle Gallimard de l’enseignement à propos de son édition de Claude Gueux en Folio classique, sortie en librairie le 24 avril 2015: http://www.cercle-enseignement.com/Espace-auteurs/Interviews/Interviews/Arnaud-Laster

*Carine Fréard nous signale que la boutique en ligne de l’I.N.A. propose 7 pièces de Victor Hugo adaptées pour la radio (d’une durée totale de 14h 59’31’’) et téléchargeables au prix de 9 euros 99 l’unité  (au lieu de 18, 93) sur http://boutique.ina.fr/audio/art-et-culture/ arts-du-spectacle/PACK458081868/victor-hugo-en-7-emisssions.5.fr.html/:

- Cromwell,

- Hernani,

- Le Roi s’amuse,

- Lucrèce Borgia,

- Marie Tudor,

- Ruy Blas,

-Mille francs de récompense,

On trouve aussi sur ce site la retransmission de Marie Tudor, mise en scène par Jean Vilar et interprétée par la troupe du T.N.P. pendant le 9e festival d’Avignon, le 25 août 1955 (durée : 2h 16’33’’).

*On peut voir et entendre « À la volonté du peuple » extrait des Misérables de Schönberg et Boublil, dans une version japonaise, accompagné d’une banderole avec l’inscription « Love for Nepal » (accès par http://www.tohostage.com/lesmiserables/ )

*Saine colère, ce 28 février, contre des propos qu’auraient tenus Béatrice Dalle, interprète peu convaincante de Lucrèce Borgia, dans une mise en scène de David Bobée qui n’est pas sans qualités :  http://www.clicanoo.re/463630-37o2-de-stupidite-beatrice-entrave-que-dalle.html

*Nous avions annoncé une des deux nouvelles acquisitions de la Maison de Victor Hugo : le manuscrit original de « Lettre à Ernest Lefèvre » (préface à Profils et Grimaces de Vacquerie), truffé de 9 photos de la famille Hugo. On peut prendre désormais connaissance des deux sur son site : http://maisonsvictorhugo.paris.fr/fr/de-nouvelles-acquisitions

De nombreuses oeuvres du musée Victor Hugo de la place des Vosges sont désormais en ligne sur le portail des collections des musées de la Ville de Paris. Après les lettres manuscrites de Juliette Drouet à Victor Hugo, les notices illustrées des dessins de Victor Hugo ont été mises en ligne ainsi qu’un certain nombre d’oeuvres sur papier d’autres artistes. Le musée poursuit ce travail à un rythme régulier avec la numérisation des lettres de Victor Hugo conservées dans la collection. À consulter sur :

http://a80-musees.apps.paris.fr/Portail/Site/Typo3.asp?lang=FR&id=accueil

     

*Le site Gallica de la Bibliothèque nationale de France donne à lire un recueil de documents concernant la reprise d’Hernani à la Comédie-Française le 10 août 1937 :

Programme du spectacle, avec distribution et photos des interprètes, coupures de presse. Lien :  http://gallica.bnf.fr/m/ark:/12148/btv1b10501893g/f29.r=.langFR

Le site permet d’accéder aux dessins de Hugo illustrant Les Travailleurs de la mer. http://bit.ly/1vMffMj

 

*Sortie, fin septembre 2014, de Toujours en ramenant la plume / Les Travailleurs de la mer / L’œuvre graphique de Victor Hugo, webdocumentaire réalisé par Patrice Roturier sur une idée de Jean-Pierre Montier, professeur à l’Université Rennes 2, production de l’Université de Rennes 2 et de l’Université ouverte des Humanités.

[Jean-Pierre Montier, Victoria Tébar Avila, professeure à l’Université de Barcelone et Pierre Georgel, spécialiste de Victor Hugo, ancien directeur du musée national de l’Orangerie à Paris, partagent leurs analyses sur le manuscrit et ses dessins. […]

Ce webdocumentaire – dont le titre reprend une phrase écrite par Victor Hugo sur l’un de ses dessins –  est conçu de manière à conjuguer les intérêts du public scolaire et universitaire en Littérature et en Art, mais aussi ravir la curiosité des néophytes. L’Université Rennes 2 poursuit ainsi sa volonté d’ouverture vers le grand public avec la production de nombreux documentaires et webdocumentaires, disponibles en libre accès sur  la plateforme de diffusion multimédia de l’Université. Vous pouvez retrouver le webdoc en ligne à l’adresse suivante http://www.ressources.univ-rennes2.fr/toujours-en-ramenant-la-plume/

 

*Nous avons reçu un courriel de M. François Gorret écrivant et chantant sous le pseudonyme de François Térrog qui a souhaité nous présenter  un choix de poèmes  de Victor Hugo  qu’il a  « chanté et mis en musique à la guitare folk dans un mini-album démo à cette adresse https://www.jamendo.com/fr/list/a138481/victor-hugo-le-poete-de-la-legende ». Il s’agit en fait, nous précise-t-il, de sortes d’improvisations enregistrées avec un petit matériel (un téléphone).

*Françoise Tillard nous a signalé une version méconnue de « La Fiancée du timbalier », due à Martial Caillebotte (1853-1910), frère du peintre. On peut en consulter la partition : http://javanese.imslp.info/files/imglnks/usimg/6/6d/IMSLP262341-PMLP425468-Caillenotte__Martial_-_Sc__nes_et_m__lodies__10_____La_Fianc__e_du_timbalier__Hugo_.pdf

*Un riche dossier intitulé Le Rire de Victor Hugo et signé Madeleine Rolle-Boumlic (secrétaire générale de la Fédération internationale des professeurs de français) est proposé au téléchargement par la CASDEN Banque populaire et Vousnousils, e-mag de l’éducation (lien : http://www.casden.fr/Espace-educatif/Livres-numeriques/Fiches-de-lecture/Le-rire-de-Victor-Hugo ). Une seule réserve : l’assertion initiale – « Victor Hugo n’est pas un auteur comique » – que l’on pourrait discuter, Hugo étant l’auteur de comédies ; celles-ci ne sont d’ailleurs jamais mentionnées et le corpus, également téléchargeable, se compose de la totalité de ses romans et d’une seule de ses pièces, Hernani.

* CD Victor Hugo / La condition animale / Un bestiaire très singulier, dix textes extraits de l’œuvre de Victor Hugo réunis et présentés par Jacques Perrin, lus par Claude Aufaure et Philippe Lejour (dépôt légal juin 2014), disponible en librairie et auprès de l’éditeur : Sous la Lime, au prix de 22 euros franco de port. Commande par courrier accompagnée du règlement à adresser à Sous la Lime 8, rue Berzélius 75017 Paris. Une présentation avec des extraits sonores est consultable sur le site http://souslalime.free.fr