lettre_info

Lettre d’information

Lettre d’information n°807

Lettre d’information n°807

Société des Amis de Victor Hugo

Adresse du site:

http:// victor-hugo.org

Secrétariat : 7, place Salvador Allende 94000 Créteil

Adresse électronique : amis.victor.hugo@gmail.com

Couleur verte : nouvelles informations.

Couleur rouge : événements organisés par des adhérents ou livres et articles dont ils sont auteurs ou co-auteurs ; noms de nos adhérents.

Couleur bleue : lien qui vous permet d’avoir des précisions sur l’information donnée.

La version courte est envoyée par courrier électronique ; la version longue téléchargeable sous forme de fichier PDF en cliquant sur l’encadré gris qui le propose ou consultable sur le site : http://victor-hugo.org/fr/lettre-dinformation/

L’archivage mensuel des événements hugoliens de décembre 2004 à février 2020 est également consultable sur le site (http://victor-hugo.org/fr/evenements-archives/) et complété progressivement.

NOTE IMPORTANTE CONCERNANT L’ADHÉSION –   Depuis plusieurs années nous essayons de ne pas augmenter le montant de l’adhésion afin de rester accessibles au plus grand nombre. L’adhésion étudiant et sans emploi n’a d’ailleurs jamais été augmentée depuis la création de l’association.  Nous avons, dans la même optique, maintenu les mêmes tarifs pour 2020 qu’en 2018 et 2019 : 30 euros, 45 pour les couples, 10 pour les étudiants et sans emploi (sur justificatif). Mais nous avons confirmé une option qui nous paraît bonne et juste.  Si vos moyens vous le permettent, nous vous invitons à donner un peu plus que la somme de base. Sont considérés comme « bienfaiteurs », ceux qui versent un montant supérieur et comme « bienfaiteurs + » ceux qui versent une cotisation de 100 euros ou plus.   Ces sommes nous  permettent de faire vivre l’association et de diffuser l’œuvre et la pensée de Victor Hugo (voir http://victor-hugo.org/fr/adhesion-a-la-societe-des-amis-de-victor-hugo/). Elles sont déductibles à 66 % de vos impôts. Veuillez les envoyer directement au trésorier de la Société des Amis de Victor Hugo : Michel Rouxel, 133 rue Damrémont, 75018 Paris. Celles et ceux qui résident hors de France peuvent régler commodément la cotisation par le système Paypal. Pour cela, il suffit de se rendre sur la page http://victor-hugo.org/fr/adhesion-a-la-societe-des-amis-de-victor-hugo/ et de cliquer sur le logo Paypal en saisissant le montant de sa cotisation en fonction des situations vous correspondant.

Notre page Facebook (administrée par Danièle Gasiglia-Laster) : https://www.facebook.com/victorhugo1802/?pnref=story

Vous y trouverez des textes, des informations sur l’actualité hugolienne, et vous pourrez intervenir et débattre. Cette page compte 2422 abonnés à la date du 1er avril 2020.

Notre compte Twitter (administré par Benjamin Michelis) : https://twitter.com/AmisHugo a atteint 717 abonnés à la date du 1er avril 2020.

Clémence Berthon nous a dotés aussi d’un compte Instagram qu’elle administre :

https://instagram.com/lesamisdevictorhugo?utm_source=ig_profile_share&igshid=1wvcgg00znjpr et qui a attiré depuis son ouverture, le 7 janvier 2019, 196 abonnés.

Notre Festival Victor Hugo et Égaux célèbre en 2020 au côté de Hugo Virginia Woolf. Ce choix résulte, comme chaque année, d’un vote du Conseil d’administration de notre association.

Une troisième version du programme est en ligne sur notre site : http://victor-hugo.org/fr/festival-2020/.

Bien sûr, la conférence à Mazamet sur les combats de Hugo – est reportée à une date ultérieure.

Manifestations & événements concernant Victor Hugo

Du jeudi 2 au mercredi 8 avril 2020

(en France et dans le monde).

Sous réserve d’un accès possible aux salles

JEUDI 2 AVRIL :

*Parution d’un article de Carine Fréard : « Joker, avatar de Gwynplaine » sur le site https://www.lemagducine.fr/a-lire/ dans la rubrique « Regards croisés ».

-SUR LES ÉCRANS DE TÉLÉVISION

*22h 55 : Batman, film de Tim Burton (1989), avec Michael Keaton, Jack Nicholson, Kim Basinger, Jack Palance. RTL 9 [Sur les rapports de ce film aux œuvres de Hugo, voir l’article d’Isabelle Nougarède dans Le Victor Hugo des cinéastes, CinémAction, Corlet éditions diffusion, 2006).

-AUTRICHE

*19h : Rigoletto, opéra de Verdi, livret de Piave d’après Le Roi s’amuse de Hugo, direction Alexander Joel, mise en scène Stephen Langridge, Vienne, Volksoper.

-ÉTATS-UNIS

*20h : Rigoletto, opéra de Verdi, livret de Piave d’après Le Roi s’amuse de Hugo, Miami (Floride), Ziff Ballet Opera House at the Adrienne Arsht Center. Prochaine représentation le 5 à 14h.

-GRANDE-BRETAGNE

*19h 30 : Les Misérables, spectacle musical d’Alain Boublil (adaptation et livret original français) et Claude-Michel Schönberg (musique), version anglaise des paroles Herbert Kretzmer, orchestration originale John Cameron, nouvelles orchestrations Stephen Brooker, Christopher Jahnke, Stephen Metcalfe, direction musicale Steve Moss, adaptation Trevor Nunn et John Caird, mise en scène Laurence Connor et James Powell, décors Matt Kinley, costumes Andreane Neofitou et Christine Rowland. Distribution: Jon Robyns (Jean Valjean), Rodney Earl Clarke (L’Evêque et Claquesous), Carrie Hope Fletcher (Fantine, du 18 décembre au 29 février), Rachelle Ann Go (Fantine, du 2 mars au 18 avril), Bradley Jaden – qui incarna Enjolras pour le 30e anniversaire de la production – (Javert), Ian Hughes (Thénardier depuis le 10 janvier), Gerard Carey (Thénardier à partir du 2 mars), Josefina Gabrielle (Madame Thénardier), Harry Apps (Marius), Lily Kerhoas (Cosette), Shan Ako (Éponine), Matt Dempsey (Bamatabois et Lesgle), Ashley Gilmour (Enjolras), Ciaran Bowling (Grantaire), Richard Carson (Combeferre), Harry Dunnett (Joly), Luke Mc Call (Courfeyrac), Shane O’Riordan (Jean Prouvaire), Samuel Wyn-Morris (Feuilly), Cellen Chugg Jones (Babet), Leo Miles (Montparnasse), Mark Pearce (Brujon) et alternance pour les rôles des petites Cosette et Eponine et pour Gavroche; voir https://www.lesmis.com/london/cast-creatives Londres, W1D 6BA, Sondheim Theatre (Queen’s Theatre), 51 Shaftesbury Ave, Soho. Capacité d’accueil : 1074 places. Sous réserve d’accès possible à la salle, de même que pour les prochaines représentations les 3, 6 et 7 avril à 19h 30, les 4 et 8 avril à 14h 30 et 19h 30. Réservations possibles jusqu’au 17 octobre 2020.

[Le site du spectacle le crédite depuis sa création à Paris de 120 millions d’entrées dans 52 pays et en 22 langues. La production Cameron Mackintosh, créée en 2009, a tourné en Australie, Brésil, Corée, Espagne, États-Unis, Japon, Mexique, à Dubaï, Manille, Singapour]

-GUERNESEY

*10h à 16h : Horaire des visites guidées quotidiennes du 2 avril au 29 septembre 2020 (sauf le mercredi) de Hauteville House, la Maison de Victor Hugo, 38 Hauteville Street, Saint-Peter Port. Tarif : 10 livres sterling ; tarif réduit : 8. Réservations : http://www.maisonsvictorhugo.paris.fr/informations-pratiques/votre-visite-hauteville-house-guernesey

-JAPON

*13h 30 : The Hunchback of Notre-Dame, Fukuoka, Theater Canal City, Shiki Theatre. Capacité d’accueil : 1144 places. Prochaines représentations le 3 même heure, le 4 à 13h et 17h 30.

-LUXEMBOURG

*12h à 18h: Maison de Victor Hugo et Musée littéraire (rénové) à Vianden (Luxembourg), 37 rue de la Gare. Sauf les lundis. Tarif plein : 5 euros. Informations : http://www.victor-hugo.lu/cgi-bin/baseportal.pl?htx=/musee; voir aussi https://www.lequotidien.lu/a-la-une/musees-a-redecouvrir-sur-les-traces-de-victor-hugo-a-vianden/

 VENDREDI 3 AVRIL :

-SUR LES ÉCRANS DE TÉLÉVISION

*20h 50 : La Veuve de Saint-Pierre, film de Patrice Leconte (2000) avec Juliette Binoche et Daniel Auteuil. Chaîne Ciné + Club. Prochaine diffusion le 6 à 13h 30.

[Le film constitue « un hommage à Victor Hugo », selon Danièle Gasiglia-Laster dont on peut lire l’article dans Le Victor Hugo des cinéastes, CinémAction, Corlet éditions diffusion, 2006).

-AUTRICHE

*19h 30: Rigoletto, opéra de Verdi, livret de Piave d’après Le Roi s’amuse de Hugo, Innsbruck, Tiroler Landestheater : https://www.landestheater.at/produktion/rigoletto/ Sous réserve. 

-ITALIE

*20h 30 : Rigoletto, opéra de Verdi, livret de Piave d’après Le Roi s’amuse de Hugo, Venise, Palazzo Barbarigo Minotto. Tous les vendredis : http://www.musicapalazzo.com/event/rigoletto-2/ Sous réserve.

SAMEDI 4 AVRIL:

-ALLEMAGNE

*19h : Rigoletto, opéra de Verdi, livret de Piave d’après Le Roi s’amuse de Hugo, Leipzig, Opernhaus.

-ITALIE

*19h : Les Misérables, Naples, Teatro Mercadante. Sous réserve.

DIMANCHE 5 AVRIL:

-JAPON

*13h : The Hunchback of Notre-Dame, Fukuoka, Theater Canal City, Shiki Theatre. Capacité d’accueil : 1144 places. Prochaine représentation le 8 à 13h 30.

LUNDI 6 AVRIL :

-SUR LES ÉCRANS DE TÉLÉVISION

*17h 22: The Hunchback of Notre-Dame II, film de Bradley Raymond (2002), scénario Flip Kobler, Cindy Marcus, USA, prod. Walt Disney Pictures, avec (voix en VO) Tom Hulce (Quasimodo), Demi Moore (Esmeralda), Kevin Kline (Phoebus), Jane Withers (Laverne), Jason Alexander (Hugo), Charles Kimbrough (Victor), Jennifer Love Hewitt (Madellaine), Michael McKean (Sarousch), Haley Joel Osment (Zephyr), Paul Kandel (Clopin), couleur, Anglais, Dessin animé. Chaîne Disney Cinéma. [Cette suite de la première production de Walt Disney reprend les personnages de Notre-Dame de Paris, mais dans un scénario qui n’a plus rien à voir avec l’œuvre de Victor Hugo : Esmeralda et Phoebus ont désormais un fils, Zéphyr, qui est lié d’amitié avec Quasimodo. Le maléfique magicien Sarousch entreprend de voler les cloches de la cathédrale…

-PARIS

*19h: Le Tour du Théâtre en 80 minutes de et avec Christophe Barbier, d’après son Dictionnaire amoureux du Théâtre. Paris 6e, Poche-Montparnasse, 75 boulevard du Montparnasse. Les lundis. Représentations actuellement annulées. Prochaine représentation espérée le 20 avril.

[Les démêlés de Hugo avec Mlle Mars lors des répétitions d’Hernani sont évoqués ainsi que les derniers mots du drame.]

MARDI 7 AVRIL :

-ÉTATS-UNIS

*19h 30 : Les Misérables, spectacle musical d’Alain Boublil (adaptation et livret original français) et Claude-Michel Schönberg (musique), version anglaise des paroles Herbert Kretzmer, El Paso (Texas), The Plaza Theatre Performing Arts Center. Capacité d’accueil : 2050 places. Prochaine représentation le 8 à 19h 30.

MERCREDI 8 AVRIL:

-SUR LES ÉCRANS DE TÉLÉVISION

*2h 15: The Hunchback of Notre-Dame (Quasimodo, le Bossu de Notre-Dame), film de Wilhelm Dieterle (1939), scénario Sonya Levien, adaptation Bruno Frank, USA, prod. RKO (Pandro S. Berman), avec Charles Laughton (Quasimodo), Sir Cedric Hardwicke (Jehan Frollo), Thomas Mitchell (Clopin), Maureen O’Hara (Esmeralda), Edmund O’Brien (Gringoire), Katherine Alexander (Mme de Lys), Helen Whitney (Fleur-de-Lys), Alan Marshall (Phoebus), Harry Davenport (Louis XI), George Zucco, Rod La Rocque, Walter Hampden (L’archidiacre), 110 min, NB, anglais. Chaîne TCM Cinéma.

-RUSSIE

*19h: Rigoletto, opéra de Verdi, livret de Piave d’après Le Roi s’amuse de Hugo,

Saint-Petersburg, Mariinsky II

Événements, spectacles et manifestations des semaines et mois à venir :

*Manifestations et Spectacles littéraires et musicaux sur des textes de Hugo et adaptations théâtrales et lyriques de ses œuvres.

-Le magnifique ballet de Roland Petit, Notre-Dame de Paris, sur une musique de Maurice Jarre, dirigée par Jean-François Verdier, avec des décors de René Allio et des costumes d’Yves Saint-Laurent, est au programme de la prochaine saison de l’Opéra de Paris, du 26 mars 2021 (avant-première jeunes) au 7 mai. Ouverture des abonnements le 2 avril 2020 et des réservations pour ce spectacle le 13 octobre.

-Geoffrey Couët, qui fut l’interprète |de Théo dans le film Théo et Hugo dans le même bateau de Jacques Martineau et Olivier Ducastel, déclare préparer des créations en tant qu’auteur et metteur en scène, toutes contemporaines sauf ce qu’il adapte pour un « seul en scène » : une pièce de Victor Hugo ! (Source : Têtu).

-Nous avions déjà annoncé la composition par Gabriel Rigaux d’un cycle sur des poèmes choisis des Contemplations. Il nous a adressé un lien qui présente au mieux l’ensemble du projet et du contenu musical: http://www.cap-prod.org/gabriel-rigaux/ et des extraits vidéos pour se faire une idée de sa musique : https://www.youtube.com/watch?v=HbLJDE72d1I —-

https://www.youtube.com/watch?v=XMgEgFf7Ti0

-Le Grand Besançon s’est engagé à organiser un Forum thématique afin d’appuyer la candidature de la France à l’Exposition Universelle 2025. Au programme si celle-ci est retenue, un « Village Global », véritable nid d’innovations, naîtra d’ici 2025. Entre autres parmi les projets, celui de faire revivre via un hologramme ou un robot intelligent le génie né à Besançon, Victor Hugo.

Actualité bibliographique et bibliophilique

*Réimpression (dépôt légal juillet 2019) dans la collection Folio classique de l’édition des Contemplations, établie et annotée par Pierre Albouy, parue initialement en 1972 dans la collection « Poésie » de Gallimard avec, en guise de préface, « Un poète d’avenir », texte de Léon-Paul Fargue, et une présentation de Pierre Albouy. Cette fois, c’est le texte de Baudelaire sur Hugo qui sert de préface.

De leur côté, les éditions Hatier réimpriment (dépôt légal juin 2019) en « Profil Bac » l’analyse du recueil par Pol Gaillard, revue en 2000 par Arnaud Laster.

*Laurence Poluzzi attire notre attention sur le plus récent catalogue de L’Express de Bénarès, librairie de Jonathan Chiche où se trouvent deux documents susceptibles d’intéresser particulièrement les Amis de Victor Hugo :

-une lettre de Banville, datée du 23 août 1869, témoignant de son admiration pour Victor Hugo par une formule remarquablement proche de celle employée trois ans plus tard dans le Petit traité de poésie française : « […] Si vous ne m’aviez pas tant ému et charmé, je vous reprocherais bien, en ma qualité de vieux classique[,] des incorrections de rimes ; je n’en ai pas le courage ! Victor Hugo le maître des maîtres est celui qu’il faut toujours consulter en fait de rimes ; les Contemplations et La Légende des Siècles doivent être nos évangiles ! »

Dans son Petit traité de poésie française, en 1872, Banville énoncera : « Notre outil, c’est la versification du seizième siècle, perfectionnée par les grands poètes du dix-neuvième, versification dont toute la science se trouve réunie en un seul livre, La Légende des siècles de Victor Hugo, qui doit être la Bible et l’Évangile de tout versificateur français. »

-une lettre écrite par Juliette Drouet à Victor Hugo le « 16 février [1849] Vendredi matin 11h » à l’occasion de l’anniversaire de la nuit du 16 au 17 février 1833, au cours de laquelle ils étaient devenus amants, date qu’ils célébraient chaque année.

Catalogue : https://slam-livre.fr/sites/default/files/catalogs/files/Soleil.pdf

*Eric Bertin ayant chargé la Librairie Michel Bouvier, 14 rue Visconti, Paris 6e (ouverte du mardi au samedi de 14h à 19h) de mettre en vente sa collection hugolienne, celle-ci a publié un catalogue à prix marqués de 240 numéros, couvrant les années 1806 à 1955, intitulé Victor Hugo et ses proches, avec un avant-propos de 7 pages de Jean-Marc Hovasse dont le titre est partiellement emprunté à celui donné par le tout jeune Hugo à son ode « La Vendée » lorsqu’elle parut en plaquette : « Les Destins de la Vendée et d’une collection ». Voir https://docs.wixstatic.com/ugd/f63d05_0451a84428bf46c6b1174d527cda5183.pdf?index=true.

*Parmi les nouvelles éditions d’oeuvres de Hugo

-Victor Hugo, Guerre aux démolisseurs, Editions Allia, 3 euros 10.

-Parution, le 28 mars 2019, de Marion de Lorme, en Folio Théâtre, par Clélia Anfray (déjà responsable de l’édition de Lucrèce Borgia dans la même collection, prétexte à quelques commentaires d’Eric Ruf, administrateur de la Comédie-Française, sur ce que doit être l’interprétation de la pièce, dans l’émission Un livre, un jour du 27 mars).

-Quatrevingt-Treize, Editions L’Ancre de Marine, avec reproductions de tous les dessins et gravures de la 1e édition illustrée publiée par E. Hugues en 1876 ; paru le 7 décembre 2018 et signalé par Carine Fréard.

-Les Misérables par Henri Scepi, avec la collaboration de Dominique Moncond’huy dans la Bibliothèque de la Pléiade, le 22 février 2018. On peut en lire une belle présentation sur le site de la collection : http://www.la-pleiade.fr/Catalogue/GALLIMARD/Bibliotheque-de-la-Pleiade/Les-Miserables2 [En en rendant compte, le quotidien suisse Le Temps prétend que l’œuvre fut « détestée » par Baudelaire. Mais faut-il accorder plus de crédit à ce qu’il écrivit à sa mère qu’aux beaux articles qu’il consacra au roman ?]

-Publication de Notre-Dame de Paris et du livret de Hugo pour l’opéra de Louise Bertin, La Esmeralda, dans de nouvelles traductions chinoises, avec une préface, traduite en chinois, de Danièle Gasiglia-Laster et Arnaud Laster, Peking University Press, 768 pages.

Sortie en librairie, le 12 janvier 2017, de six titres de Hugo à 2 euros le volume en collection Folio classique de Gallimard, parmi lesquels :

-Le Dernier Jour d’un condamné, édition présentée, établie et annotée par Roger Borderie, 201 pages ;

-Claude Gueux, édition présentée, établie et annotée par Arnaud Laster, 137 pages [Interview lors de la première version de cette édition en 2015 : http://www.cercle-enseignement.com/Espace-auteurs/Interviews/Interviews/Arnaud-Laster] ;

-Mangeront-ils ?, édition présentée, établie et annotée par Arnaud Laster, 171 pages. 

 

*Publications concernant Hugo, partiellement ou totalement :

*Article dans Le Figaro littéraire : « Trois bonnes raisons de relire Les Contemplations » (https://www.lefigaro.fr/langue-francaise/actu-des-mots/cinq-classiques-a-relire-en-cette-periode-de-confinement-20200327 )

*Parution, annoncée par Carine Fréard, du n° 538 de la revue Philosophie Magazine, avec un cahier central consacré aux Proses philosophiques de Hugo des années 1860-1865 (publiées dans le volume « Critique » de ses Œuvres complètes chez Laffont, collection « Bouquins »).

* Victor Hugo, ses contemporains et la mer , choix des textes par Danielle Netter et Wanda Dressler, illustré par Sophie Dressler, préface d’Arnaud Laster,
publié par les Editions Illador
, est bien paru le 15 mars mais sa sortie en librairie n’est pas espérée avant le 30 mai. On peut cependant se procurer déjà le volume en l’achetant sur le site (http://www.editions-illador.com/_livres/victor_hugo_et_la_mer.html) ou en écrivant à Claire Garnier, Editions Illador, 14 rue des Saints-Pères, 75007, qui le leur enverra après réception du chèque. 

[C’est la réunion des textes d’un récital poétique de Danielle Netter, interprété par elle avec Wanda Dressler dans le cadre du Printemps des Poètes 2019 ; les contemporains de Hugo sont Jean Aicard, Joseph Autran, Barbey d’Aurevilly, Baudelaire, Nérée Beauchemin, Coppée, Corbière, Gautier, Hérédia, Leconte de Lisle, Mallarmé, Albert Mérat, Henri de Régnier, Verhaeren, Verlaine.]

*Carine Fréard nous signale un n° de la revue L’Histoire, intitulé « 1870 / L’Année terrible » ; Hugo n’y semble présent que par deux extraits cités : de son appel du 17 septembre 1870 et d’une « Lettre à une femme » du 10 janvier 1871, publiée dans L’Année terrible.

-Parution, le 11 mars, d’un essai de Pierre Guelff, avec la participation de Marie, Jean-Baptiste et Florian V. Hugo, Victor Hugo / Ceux qui vivent sont ceux qui luttent / Écologie, Solidarité, Humanisme, Editions F. Deville.

-Publication, le 5 mars, d’une Anthologie de la poésie française, de Jean-Joseph Julaud, illustrée par Pierre Fouillet, First Editions. [Hugo y est présent, bien sûr]

-Serge Pey, Victor Hugo, notre âme des Paris ou les carnets secrets de la Esmeralda, essai de 765 pages paru en janvier aux éditions La Rumeur Libre : https://larumeurlibre.fr/catalogue/collections/la_bibliotheque/victor_hugo_notre_ame_des_paris_serge_pey

-Publication par Le Figaro littéraire d’un recueil Les 100 plus belles lettres de la langue française où l’on trouve une lettre de Hugo à Juliette Drouet et une de Paul Verlaine, âgé d’un peu plus de quinze ans, à Victor Hugo. En vente chez les marchands de journaux et sur www.figarostore.fr

-Parution d’un n° hors-série Hugo du magazine Lire, tiré à 50 000 exemplaires, disponible en kiosque et en librairie en mars et avril ainsi que sur la boutique lire.fr.  On y trouve des articles satisfaisants de Jean Montenot – « La Légende du siècle » et « Les Misérables de Victor Hugo» – et de Marc Riglet – « À gauche toute ! » et « Hugo et Dieu » – ; d’autres qui n’évitent pas les erreurs ; des extraits d’archives du magazine – un entretien navrant de 1982 avec Ionesco, à l’occasion de la publication d’Hugoliade , texte de jeunesse inspiré de la biographie de Hugo par Biré, « son dénigreur acharné » comme le reconnaissait le Ionesco septuagénaire, la reprise d’un récit de la bataille d’Hernani par Alain Decaux qui adopte sans esprit critique les légendes qu’elle a suscitées, le pastiche peu intéressant d’un bloc-notes de François Mauriac par Jean-Louis Curtis, des propos de dix écrivains actuels dont Alain Mabanckou désignant en Hugo et Vigny ses poètes préférés, une « petite bibliographie hugolienne » bien insuffisante, assortie de commentaires très discutables.

-Parution le 10 janvier, d’un roman, le 5e de son auteur, Jean-Louis Rambour : Le cocher poète . [L’intrigue se passe dans les années 1870 et raconte l’histoire d’un cocher du nom de Moore qui a vraiment existé et qui a transporté Victor Hugo. Or, ce Moore a tiré, lors d’un attentat, deux coups de revolver sur Édouard Lockroy, qui avait épousé la veuve du fils aîné de Hugo. Même si le ministre, grand défenseur du projet de tour de Gustave Eiffel, n’a été que légèrement blessé, Moore s’est retrouvé à Cayenne où il mourra quelques jours avant que n’y débarque un certain Dreyfus.]

-Le n° de janvier du mensuel Le 9 / Le Monde chinois publie (p. 26) sous le titre « Voyage de la littérature française en Chine » des extraits d’un entretien de Sacha Halter avec Danièle Gasiglia-Laster et Arnaud Laster sur leurs échanges avec des étudiants et des écrivains de la province du Zhejiang en octobre dernier.

-Dans le n° 55, paru en décembre, de Chemins de traverse, revue de l’association L’Ours Blanc, présidée par Bernard Giusti, l’épigraphe (p. 8) de l’article de Michel Diaz, « Des désagréments de la poésie », est une citation de la préface des Odes et Poésies diverses de Hugo. Notre poète est mentionné aussi (p. 26) dans « Le Portrait du Docteur Blob » de Lucien Nosloj. Et il est présent encore (p. 43) dans la seconde des fables de notre secrétaire générale, Danièle Gasiglia-Laster, que contient ce n° : « La Mouche et l’Araignée ».

-La revue chinoise bilingue Cultural Dialogue a publié dans la section « Foreign View of Zhejiang » de son n° de décembre (p. 25 à 29), sous le titre « China Yesterday and Today : Impressions of Two French People » le témoignage rédigé par le président et la secrétaire générale de notre association sur leur séjour du 10 au 18 octobre dans la province à l’occasion du Forum auquel ils avaient été conviés à Hangzhou, de leur rencontre avec des écrivains chinois à la Bibliothèque de Taizhou et de leur conférence sur Hugo à Linhai, campus de l’université de Taizhou. Sur une des photos qui illustrent l’article, on peut lire l’inscription affichée dans le hall de la Bibliothèque : « Chaleureuse Bienvenue aux hôtes distingués de la Société des Amis de Victor Hugo ».

-Juliette / Victor Hugo, mon fol amour, roman de Patrick Tudoret, dont la narratrice est Juliette Drouet, paru le 9 janvier aux éditions Tallandier (270 pages, 18 euros 50).

*Edouard Exerjean nous signale que dans la nouvelle biographie de Geneviève Haroche-Bouzinac consacrée à Louise de Vilmorin / Une vie de bohème (Flammarion, parue le 9 octobre), il est question de son admiration pour Victor Hugo, et qu’est sortie le 30 septembre chez Honoré Champion par les soins d’Olivier Muth la Correspondance croisée Louise de Vilmorin-Jean Hugo, volume de plus de 400 pages à un prix assez élevé : 48 euros.

*Marcel Foulon attire notre attention sur un article d’Antoine Compagnon : « Apologie de l’éreintage : sur Veuillot et Hugo » paru dans le n° 4 (octobre-décembre 2019) de la Revue d’histoire littéraire de la France, « Poésie et Ethique (XVIe-XXIe siècle), p. 833. Au sommaire de ce même n°, un article  d’Aurélie Foglia-Loiseleur : « Ils sont autrui » : moi romantique et conscience poético-socio-politique » , p. 821

-Le Roman noir de l’histoire, de Didier Daeninckx. Verdier, 832 p., 28€

Un siècle et demi de combats, d’injustice et de solidarité en 76 nouvelles, 11 chapitres et quarante ans d’écriture. On part de la circulation sous le manteau des Châtiments de Victor Hugo.

[Rose-Marie Godier attire notre attention sur ce recueil de nouvelles, préfacé par Patrick Boucheron, et paru le 3 octobre 2019: des nouvelles y mettent « en scène » Victor Hugo. Avec une mention toute particulière pour celle intitulée « La première de Nadine ».]

-Parution fin janvier 2019 des Actes du colloque de Paris des 16 et 17 septembre 2017, Juliette Drouet épistolière, sous la direction de Florence Naugrette et Françoise Simonet-Tenant, avec le Cahier de l’anniversaire de Juliette Drouet, texte établi, présenté et annoté par Jean-Marc Hovasse, Paris, Eurédit, 2019, 370 p., 17 illustrations en couleurs et 27 en noir et blanc. Prix public France : 48,50 €. 

Ont collaboré à ce volume, entre autres, Gérard Audinet, Marva Barnett, Michèle Bertaux, Josselin Blieck, Chantal Brière, Pierre-Jean Dufief, Bénédicte Duthion, Véronique Heute, Anne Kieffer, Jean Maurice, Alain Pagès, Olivia Paploray, Gérard Pouchain, Marie-Laure Prévost, Sylviane Robardey-Eppstein, Nicole Savy, Gwenaëlle Sifferlen, Jeanne Stranart, Charles-Éloi Vial.

https://www.fabula.org/actualites/naugrette-florence-et-simonet-tenant-francoise-dir-juliette-drouet-epistoliere_89238.php

Actualités cinématographiques et télévisuelles

*Bande annonce d’un « thriller ésotérique » de Patrick Milani : Et nox facta est : https://www.agoravox.tv/tribune-libre/article/michel-sidobre-presente-bande-85278

*Philippe Catonné, un de nos adhérents, suggère d’indiquer, en cette période de confinement, des adaptations cinématographiques ou télévisuelles de Hugo accessibles en ligne. Il nous en a communiqué quelques-unes dont nous extrayons une des plus anciennes : celle de Notre-Dame de Paris par Worsley, avec Lon Chaney en Quasimodo : https://archive.org/details.php?identifier=The_Hunchback_of_Notre_Dame

Comme promis, voici une autre de celles qu’il nous a signalées : l’adaptation des Misérables pour la télévision réalisée en 1972 par Marcel Bluwal avec Georges Géret en Jean Valjean https://www.youtube.com/watch?v=aYGGAQuU5pw

*Annonce d’une nouvelle adaptation cinématographique des Travailleurs de la mer qui sortirait à l’automne 2021: https://news-24.fr/victor-hugo-roman-les-marins-de-la-mer-doivent-etre-traduits-en-film/ ! Information traduite sans doute de l’anglais très approximativement, avec des résultats souvent cocasses : Le producteur, David Shanks, a l’intention de raconter « l’histoire d’amour d’un pêcheur à la retraite sur grand écran. […] Hugo fut banni à Guernesey entre 1855 et 1870 car il était Napoléon III. […]

Né à Guernesey, Shanks est un producteur indépendant de télévision et de films depuis plus de 35 ans. […] Il prévoit de produire le film sans dialogue, car les scripts ont affecté la « sensation » du livre, a-t-il déclaré. »Je pense que Victor Hugo peint de belles images avec des mots. J’ai eu plusieurs scripts et j’ai dépensé beaucoup d’argent pour essayer de les écrire au cours des 30 dernières années. D’une manière ou d’une autre, ils n’ont jamais atteint l’intégrité du livre », a-t-il déclaré. Les marins ont conquis les idées des lecteurs victoriens et ont montré un combat entre un pêcheur et une pieuvre géante qui a bu le sang de ses « victimes ». »

*Premières impressions de Bradley Stephens sur la nouvelle adaptation des Misérables diffusée par la B.B.C. : « Le scénariste Andrew Davies est bien connu pour sa tendance à donner du piquant aux classiques littéraires comme Austen, Dickens, et Tolstoï […]. Il s’ensuit que l’obsession de Javert pour Valjean implique un homoérotisme léger […] et les Amis de l’ABC, à l’exception d’Enjolras, emmènent Marius dans une maison close qu’ils fréquentent et où il croise sa voisine, Éponine (qui fait le trottoir à cause de son père). Par la suite, le pauvre étudiant – ayant résisté à la tentation – fait un rêve à propos d’elle et de Cosette qui lui fait une peur bleue: il se réveille en sueur et lance un coup d’œil à son ventre. L’insinuation n’est pas subtile.

J’accepte qu’on se permette certaines libertés artistiques en adaptant un roman (surtout un roman étranger, paraît-il…); de plus, la cinématographie et la mise en scène sont somptueuses. Mais […] dans le premier épisode, […] la scène d’ouverture dépeint la suite de Waterloo où Thénardier ‘sauve’ le colonel Pontmercy sur le champ de bataille. Il aurait été sans doute préférable de présenter aux spectateurs soit Valjean avant son emprisonnement – étant donné le rôle central du forçat évadé dans cette adaptation – soit Myriel, comme dans le roman. Certes, la série est parvenue à trouver son rythme à partir du deuxième épisode, mais j’émets toujours certaines réserves en ce qui concerne la caractérisation des personnages comme Javert (menaçant mais mesquin, revanchard plutôt que dur) et Mme Thénardier (victime de violence conjugale des mains de son mari, comme si l’on voulait pardonner sa cruauté et l’attribuer à son époux) ». 

Remarques pertinentes à comparer avec la façon brutale, sommaire et défectueuse dont le site de France-Inter rend compte d’un débat sur la dite série. À commencer par un titre qui ne correspond pas à la diversité des opinions rapportées – https://www.franceinter.fr/culture/series-mania-les-miserables-la-nouvelle-serie-de-la-bbc-jugee-hyper-classique-et-ridicule – et en continuant par une situation hyper-restreinte de l’œuvre où l’erreur semble bien au service d’une hostilité à l’auteur: « Le roman de Victor Hugo est paru en 1862, dans un siècle agité : il y avait eu les émeutes de 1848 (auxquelles l’écrivain a participé en tant que maire du 8e arrondissement de Paris, pour les réprimer[sic]) et la Commune aura lieu quelques années après la parution du roman, en 1871 » -

*Andrea Beaghton, notre vice-présidente, avait attiré notre attention sur l’intérêt manifesté par Andrew Davies pour Les Misérables. Après Guerre et Paix sur BBC One, le scénariste Andrew Davies annonçait son intention de porter à l’écran Les Misérables de Victor Hugo – dans une version non musicale, ayant d’ailleurs déclaré détester particulièrement le film de Tom Hooper à cause du chant qu’il a trouvé épouvantable. Davies, qui a également adapté avec talent pour la télévision des romans de Jane Austen,

Pride and Prejudice (Orgueil et Préjugés, 1995), Emma (1996), Sense and Sensibility

(Raison et Sentiments, 2008), disait, selon The Telegraph, du roman de Hugo : “It’s another big epic story and I’m thinking people will be surprised that there is so much more to it than they maybe realize. It’s an immensely powerful story about appalling levels of poverty and deprivation and how people transcend it, it’s about redemption and revenge and the extraordinary relationship between Jean Valjean and a little girl he brings up. The pursuit of Javert, the indomitable detective who lets it get personal is classic film noir.” [C’est un autre grand récit épique et je pense que les gens seront surpris qu’il s’y trouve tellement plus de choses que peut-être ils n’en ont conscience. C’est une histoire immensément puissante à propos d’épouvantables niveaux de pauvreté et de privation et de la manière dont des gens les surmontent, cela traite de rachat et de revanche et il y a l’extraordinaire relation entre Jean Valjean et une petite fille qu’il élève. La poursuite de Javert, l’indomptable détective qui en fait une affaire personnelle, c’est du pur film noir]. En attendant, le scénariste travaillait à l’adaptation en trois épisodes pour ITV de The House of Stairs, le roman de Ruth Rendell, écrit sous le pseudonyme Barbara Vine et publié en France sous le nom La Maison aux escaliers. [Sources : site Critictoo et The Telegraph].

 

« Je suis ravi d’avoir l’opportunité de rendre véritablement justice à Victor Hugo en adaptant son chef-d’oeuvre dans une version de 6 heures pour la BBC », a déclaré Andrew Davies.

Cette série est composée de six épisodes d’une heure, écrits par Andrew Davies, qui a notamment travaillé sur House of Cards et se trouve derrière les scénarios des deux premiers films Bridget Jones (adaptés des romans de Helen Fielding) et qui est également producteur exécutif sur le projet, aux côtés de Bethan Jones, Faith Penhale et Simon Vaughan. Le tournage de cette version anglaise doit commencer en 2018, et prendra place en majorité en terres belges. Un bref passage est prévu en France. La firme Weinstein était impliquée sur ce projet - Weinstein TV devait être le distributeur aux États-Unis et en Chine - mais elle a été mise sur la touche après l’affaire Harvey Weinstein, comme l’avait rapporté Deadline

La BBC a dévoilé, le mardi 9 janvier 2018, la distribution complète de la nouvelle adaptation en six parties des Misérables par Andrew Davies, scénariste du Guerre et Paix de la BBC diffusé par France 2 les 25 décembre et 1er janvier derniers. Le tournage des Misérables devait débuter en février en Belgique et en France. [Source : site de La Dépêche, le 10 janvier].

« Les souterrains de la Citadelle de Namur représenteront les égouts de Paris. Et quelques scènes de vie nocturne seront tournées dans le vieux Namur, des petites rues étroites avec des maisons historiques que les habitués reconnaîtront à l’écran », annonce Maxime Deschamps. « Je ne peux pas vous dire quand, mais les équipes seront présentes pendant une grosse semaine courant mars. Ça va être quelque chose, une série en costumes avec un énorme budget, on n’aura jamais vu quelque chose d’aussi ambitieux se tourner à Namur », promet-il. On apprend dans cet article le nom du futur interprète de Gavroche : Reece Yates.

Le tournage de l’épisode de la barricade s’est déroulé jusqu’au 21 avril à Sedan : un impressionnant amoncellement de tables, tonneaux, planches et chaises barre la rue de l’Horloge à hauteur de la place Cappel. Une douzaine de techniciens ont été mobilisés pour construire cette barricade « en bois véritable » qui va atteindre 2,50 mètres de haut et 5 mètres de long (source : http://www.lunion.fr/82334/article/2018-03-25/une-barricade-au-beau-milieu-du-centre-ancien-de-sedan ). La série télévisée sera diffusée sur la BBC en 2019, six épisodes de 60 minutes que la chaîne de télévision anglaise entend bien vendre ensuite dans le monde entier… France comprise. « Nous avons visité 20, 30 villes en France et en Belgique. Quand nous sommes arrivés à Sedan, ça a été immédiat. Tout, ici, est un cadeau pour la production », s’enthousiasme Chris Carey, producteur principal des Misérables. Pendant la première semaine, « nous avons tourné la nuit, avec des canons, avec une centaine de personnes dans la rue à 5h du matin, et les habitants ont été charmants », commente-t-il. Les équipes municipales se sont aussi mobilisées pour ces 15 jours de tournage dans une vieille ville métamorphosée. Un second déplacement à Sedan, plus bref, est prévu en juillet. Au pied de l’un des plus grands châteaux-forts d’Europe –le futur bagne de Toulon dans la série-, « l’étroitesse des rues a permis de monter les barricades », précise le maire de la ville, Didier Herbillon. La série, qui est réalisée par Tom Shankland (« House of Cards », « The Missing »), est une co-production anglo-belge (Lookout Point, BBC Studios, Masterpiece et CZAR TV). Elle mobilise une centaine d’acteurs, quasiment tous britanniques, ainsi qu’un millier de figurants, essentiellement belges.

*Françoise Chenet attire notre attention sur la sortie, le 21 novembre, du film de l’humoriste Kheiron, Mauvaises Herbes, qui réunit Catherine Deneuve et André Dussollier, raconte une histoire fondée sur la sienne, qui suit le parcours de jeunes des cités, encadrés par un éducateur. Pour ce nouveau long métrage, Kheiron s’est inspiré de la phrase de Victor Hugo : « Il n’y a ni mauvaises herbes ni mauvais hommes. Il n’y a que de mauvais cultivateurs » [Les Misérables, 1°, livre 5e, III] qui est citée en épigraphe du film (source : France Info).

*Confirmation du bien-fondé de la diffusion d’un complément à la lettre n°734 pour annoncer que notre président d’honneur, Robert Badinter, allait être l’invité, mercredi 31 octobre à 20h 50, de La Grande Librairie, l’émission de France 5 présentée par François Busnel, et qu’il y avait des chances pour que Hugo y soit évoqué. L’émission s’est même terminée par un extrait de la préface du Dernier Jour d’un condamné, lu par Richard Berry. L’émission peut être revue en replay, comme on dit, sur France TV.

*Le 24 mai, on annonçait un nouveau projet de Netflix: l’acteur anglais Idris Elba compte réaliser une adaptation contemporaine de Notre-Dame de Paris. Le comédien sera à la fois derrière et devant la caméra, dans le rôle du bossu Quasimodo qui hante la cathédrale parisienne et tombe amoureux d’Esmeralda. Selon le magazine spécialisé The Hollywood Reporter, Idris Elba signera également la bande originale de cette comédie musicale intitulée Le Bossu de Notre-Dame, produite par l’acteur lui-même, mais aussi par Fred Berger, l’un des producteurs de La La Land. Le scénario, écrit par Michael Mitnick (Vinyl de Martin Scorsese) reste pour l’instant un mystère.

*Carine Fréard attire notre attention sur une information publiée le 28 mars 2018 : il s’agissait d’un projet en discussion avec la chaîne ITV, habituée des drames historiques (Downton Abbey, Victoria, Mr. Selfridge, etc.) : l’acteur britannique Tom Hollander, connu pour ses rôles dans les films Orgueil et Préjugés, Pirates des Caraïbes, et dans les séries Taboo, Doctor Thorne ou encore The Night Manager, était en pleines négociations pour produire Notre-Dame de Paris de Victor Hugo avec sa compagnie Bandstand Productions. L’adaptateur pressenti était Andrew Davies. Tom Hollander devait également incarner le rôle de Quasimodo. Rien n’était encore officialisé.

*Jean-Maxime Renault (Allo Ciné) évoquait ce 6 mars 2018 sur Twitter un projet de nouvelle version des Misérables de Victor Hugo par Marc Herpoux, auteur à l’univers bien identifiable que l’on a vu travailler sur des séries comme Les Oubliées ou Au delà des murs. Alexandre Letren l’a contacté pour en savoir plus : « Si j’ai accepté ce projet, c’est parce qu’il me correspond, comme vous le dites très bien. Le challenge est énorme : adapter Les Misérables DE NOS JOURS!!! (ce qui nous sort du « simple remake », que j’aurais refusé — après l’adaptation de Robert Hossein — somptueuse — j’ai du mal à voir ce qu’on peut amener de mieux) ; faire 3 saisons de 8 épisodes (ce qui nous éloigne de la mini-série centrée sur Jean Valjean — comme Robert Hossein, ou encore José Dayan, et bientôt la série anglaise avec Dominic West).  Nous ne sommes donc pas dans le “ remake classique ”, ni dans une “ simple adaptation ” mais dans une totale relecture de l’oeuvre d’Hugo qui oblige à se demander : Qu’est-ce que la misère aujourd’hui ? Où est-elle ? Qui est Jean Valjean de nos jours ? Qui est Fantine aujourd’hui ? Qui sont les Thénardier ? A quoi ressemblent-ils ? Eviter la caricature et la facilité. Prendre le temps aussi (3 saisons) de traiter tous les personnages qui existent dans le roman… et qu’on ne voit presque jamais dans les adaptations classiques de 3, 4 ou même 6 heures. » Conclusion d’Alexandre Letren : « Projet éminemment politique donc. Ne reste plus qu’à savoir quelle chaîne saura prendre le risque de mettre à l’antenne un tel projet ». Source : https://vl-media.fr/marc-herpoux-temoins-travaillent-serie-miserables-non-remake-relecture-totale-de-loeuvre/ Il s’agit de l’un des projets « en développement » présentés au festival Canneseries du 4 au 11 avril. Le scénariste s’est associé avec Sheila O’Connor et avec Jean-Xavier de Lestrade à la réalisation. Les 3 saisons se composeront de 8 épisodes chacune. Les aventures de Jean Valjean se dérouleront en 1999 jusque dans les années 2020 et seront inspirées de son parcours original, de sa condamnation au bagne à Toulon à sa fuite dans les égouts de Paris. En tant que M. Madeleine, il est propriétaire de plusieurs hôtels à Paris. Fantine en vient à travailler dans l’un de ces hôtels ; renvoyée, elle se prostitue et contracte le sida…

*Bradley Stephens nous a appris que l’adaptation de Notre-Dame de Paris par Tim Burton avec Josh Brolin n’est plus à l’ordre du jour, remplacée par une autre avec Max

 Ryan (Dante dans La Ligue des gentlemen extraordinaires, 2003) comme scénariste (avec le concours de Julio Ponce Palmieri) et interprète de Quasimodo, que tournerait Chuck Russell (prix Hugo en 1995 pour The Mask, mais le nom de la récompense rend hommage à Hugo Gernsback, fondateur d’un des premiers magazines de science-fiction américains Amazing Stories.). Steven Berkoff (Savonarole dans Les Borgias, série TV de Neil Jordan, 2011) ferait partie de la distribution (en Frollo ?) ainsi que Ralf Moeller et Jack Ryan. Voir http://www.empireonline.com/news/story.asp?NID=45721.

 

Voir aussi http://victor-hugo.org/fr/films-cd-et-dvd/

Actualités discographique, radiophonique, vidéographique et électronique

* En ligne, « La Monstruosité dans les œuvres de Victor Hugo » par Carine Fréard : https://www.lemagducine.fr/a-lire/analyse-litteraire/la-monstruosite-dans-les-oeuvres-de-victor-hugo-10025542/

*On peut écouter en ligne des émissions sur Hugo de la série La Compagnie des œuvres rediffusées sur France-Culture : «Solitaire, solidaire » ; « Notre-Dame de Paris, roman cathédrale » et, ce 1er avril, « Les Misérables, l’utopie concrète de Victor Hugo » (dont j’étais l’invité).

*Carine Fréard nous signale la mise en ligne de la mise en scène de Ruy Blas par Yves Beaunesne, qui a été au programme de notre festival le 8 mars : https://www.vogue.fr/culture/article/pieces-de-theatre-gratuites-a-voir-en-ligne-confinement

*Annonce par le site Res Musica d’un CD incluant les versions par Liszt et, traduit en russe, par Rachmaninov de « Comment, disaient-ils » de Hugo, interprétées par Iryna Kyshliaruk, soprano et Yun-Ho Chen, piano. 1 CD. Mirare MIR486. Enregistré du 24 au 27 septembre 2018.

*Après l’excellente interview par Claire Conruyt de Jean-Marc Hovasse sur Notre-Dame de Paris : https://www.lefigaro.fr/langue-francaise/actu-des-mots/notre-dame-de-paris-aux-origines-de-l-oeuvre-magistrale-de-victor-hugo-20200226, on peut en trouver une d’Arnaud Laster sur Le Théâtre en liberté, également par elle : https://www.lefigaro.fr/langue-francaise/actu-des-mots/le-theatre-en-liberte-les-fabuleuses-pieces-de-victor-hugo-exile-20200322 La lecture intégrale en est réservée aux abonnés (1€ pendant 2 mois) mais nous la ferons parvenir en fichier pdf aux membres de la Société des Amis de Victor Hugo, qui la demanderont à amis.victor.hugo@gmail.com

*La plus récente adaptation des Misérables, série composée de six épisodes d’une heure, écrits par Andrew Davies, et produite par la B.B.C. (voir la rubrique « Actualités cinématographiques et télévisuelles » de la version longue de notre lettre d’ínformation) est diffusée sur Starzplay : https://www.starz.com/fr/fr/movies/47800

*France-Inter invite à écouter des émissions consacrées aux auteurs au programme du bac dont Hugo : https://www.franceinter.fr/culture/bac-de-francais-revisez-avec-france-inter

France-Culture fait de même en puisant dans ses archives des émissions biographiques sur ces auteurs dont Hugo : https://www.franceculture.fr/litterature/litterature-8-auteurs-au-programme-du-bac

Le site de la chaîne propose aussi une adaptation des Misérables en 14 épisodes de 24 minutes chacun : https://www.franceculture.fr/emissions/fictions-le-feuilleton/les-miserables-114-0

*Exposition à visiter chez soi : http://parismuseescollections.paris.fr/fr/parcours-thematiques/victor-hugo-et-l-ocean

*Et une autre signalée par un site de Montereau (Yonne) : créée par le Centre des monuments nationaux, « Victor Hugo un écrivain français monumental », à l’occasion de l’anniversaire de la publication du dernier tome des Misérables :

https://artsandculture.google.com/exhibit/victor-hugo-un-écrivain-français-monumental/JAICJ0v06UG5JQ

*L’émission d’Adèle Van Reeth, Les Chemins de la philosophie, était consacrée à Hugo le 5 mars. On peut l’écouter en ligne sur https://www.franceculture.fr/emissions/les-chemins-de-la-philosophie/victor-hugo-le-bal-des-gueules-cassees

*Enregistrements de trois moments de la Journée de rencontres Hugo/Butor complices , organisée le 28 novembre 2019 par Mireille Calle-Gruber et Henri Scepi, à laquelle j’ai eu l’honneur d’être invité à participer : les entretiens avec Mathilde Butor, une des filles de l’écrivain, et avec Julius Baltazar, peintre, graveur et illustrateur, qui a collaboré avec Butor ; la lecture par Daniel Mesguich  d’extraits de l’anthologie de Hugo par Butor ; accessibles sur le site youtube de l’université Sorbonne Nouvelle (Paris 3) :  https://www.youtube.com/channel/UCEH_ZSQsV0CIQPJR-GMg9MQ

*Dans le cadre des Nuits de France-Culture était rediffusée, sous le titre « Périple musical sur les ruines dessinées par Victor Hugo » le 9 février de 5h 5 à 6h 52 du matin une émission de Rémy Stricker avec Arnaud Laster et Martine Cadieu, réalisée par : El Mondher Babaï, Euphonia diffusée pour la première fois le 30 mars 1989. Indexation web : Sandrine England, Archive Ina-Radio France ; https://www.franceculture.fr/emissions/les-nuits-de-france-culture/la-nuit-des-ruines-par-antoine-dhulster-910-euphonia-les-ruines-romantiques-a-la-recherche-du-passe

*Gérard Audinet, directeur des Maisons de Victor Hugo à Paris et Guernesey, était l’invité de la Matinale d’Europe I ce 4 février de 6h 20 à 6h 40. Victor Hugo, « pionnier de l’Europe », aurait été « très attristé » s’il avait vécu à l’époque du Brexit, estime Gérard Audinet qui rappelle « son dernier geste symbolique avant de rentrer en France à la fin de l’exil » : Victor Hugo a réuni ses proches dans le jardin de Hauteville House et planté un chêne « en disant que ce serait le chêne des Etats-Unis d’Europe […]Il fait ce geste qui est un geste de paix et d’union à laquelle il aspire pour les pays d’Europe ».

*On peut écouter en ligne Les Misérables lus à partir du 12 mars 1962 à l’occasion du centenaire de la publication du roman ; dans le premier épisode, Jean Vilar est la voix de Victor Hugo, Georges Wilson Jean Valjean, Henri Rollan l’évêque Myriel, Henri Nassiet le conventionnel G. : https://www.franceculture.fr/emissions/les-nuits-de-france-culture/les-miserables-1er-episode-valjean-1ere-diffusion-12031962-france-iii-nationale

*Une contribution d’Yves Benhamou, président de chambre à la Cour d’appel d’Aix-en-Provence peut être écoutée en ligne: http://www.jss.fr/L%E2%80%99histoire_des_juges_a_travers_le_regard_de_deux_grands_ecrivains_du_XIXe_siecle__Alexandre_Dumas_et_Victor_Hugo-1835.awp?AWPID98B8ED7F=F2FAD581DD18D2B2D543C2EB74566B0F0342A2E6

*Françoise Chenet attire notre attention sur une émission de la série d’Adèle van Reth Les Chemins de la philosophie, diffusée le 11 novembre à 10h par France Culture et écoutable en ligne, qu’elle a trouvée « passionnante à plus d’un égard puisqu’elle pose le problème de l’acte de parole nodal chez Hugo, parfaitement vu et analysé par Oswald Ducrot et donc cité par François Recanati dans l’émission à propos de Ruy Blas  dont on donne un extrait, le dialogue entre Don Salluste et Ruy Blas, acte III, 5 : https://www.franceculture.fr/emissions/les-chemins-de-la-philosophie/le-pouvoir-de-la-parole-14-parler-est-ce-agir

*On peut entendre Régis Debray invité de l’émission de France-Culture, La Grande Table, le 27 septembre, parler de Hugo : https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-culture/stendhalhugo-refait-le-match

*L’adaptation de Notre-Dame de Paris par Jacqueline Lenoir, rediffusée par France-Culture (et diffusée initialement à partir du 15 avril au 29 juin 1957 sur la Chaîne Parisienne) – Bruitage Joé Noël – Musique originale Jean-Wilfrid Garrett – Avec, entre autres interprètes : Anne Caprile (Esmeralda), Jean-Marie Amato (Quasimodo), Michel Bouquet (Claude Frollo), Jean-Marc Tennberg (Pierre Gringoire), Jean Danet (Phoebus), Berthe Bovy (la Sachette), Nane Germon (Gisquette), Michel Nastorg (Le Bailly), Caroline Clerc (Liénarde), Pierre Trabaud (Jean Frollo), Maurice Nasil (Maître Le Cornu, Le Cardinal), Maurice Teynac (Clopin Trouillefou), Gaston Rey (Jacques Coppenole le chaussetier), Teddy Bilis (voix du peuple, escoliers, L’Abbé), Geneviève Morel,  Jean Péméja, André Margueritte, Bernard Musson, Marcel Vibert, Marcel Vergne et Josette Camée (voix du peuple et escoliers), Henri Virlojeux, Maurice Biraud, Bernadette Lafont, Rosy Varte, Louis Seigner, Muse Dalbray et José Artur – Réalisation Jean-Wilfrid Garrett  peut être réécoutée en ligne : https://www.franceculture.fr/emissions/les-nuits-de-france-culture/notre-dame-de-paris; https://www.franceculture.fr/emissions/fictions-theatre-et-cie/notre-dame-de-paris

*Rappel : Le site Entendre Victor Hugo, mis en ligne depuis le 17 août 2014 par l’acteur Pierre-François Kettler - http://entendre-victor-hugo.com/, s’est, un an durant, enrichi quotidiennement de nouveaux enregistrements de poèmes lus par lui, accompagnés de la reproduction des textes (vérifiés par Arnaud Laster). Ils sont classés par périodes de publication – « Avant l’exil », « Pendant l’exil », « Après l’exil » – et dans chacune de ces périodes par recueils. Des présentations d’Arnaud Laster complètent l’information. Aux poèmes disponibles à la date du 17 août 2015 – voir http://victor-hugo.org/fr/victor-hugo-sur-la-toile/se sont ajoutés « Je n’ai pas de palais épiscopal en ville… » (L’Année terrible, juin, IV) et « À ceux qu’on foule aux pieds » (L’Année terrible, juin, XIII). 

 

Avantages proposés aux adhérents de la Société des Amis de Victor Hugo :

*Tarif réduit (également accordé, sur présentation d’un justificatif, aux seniors de 65 ans et plus, aux jeunes de 18 à 30 ans, aux demandeurs d’emploi, aux habitants du 13e, aux personnes en situation de handicap et à l’accompagnant éventuel) sur présentation de la carte d’adhérent(e) lors du retrait des places de 16€ au lieu de 22 pour les spectacle du Théâtre 13 (quand ils reprendront)

Réservations au 01 45 88 62 22 du lundi au vendredi de 14h à 19h, et en période de représentation le samedi de 14h à 19h et le dimanche de 14h à 15h, ou par www.theatre13.com .

*Mathieu Touzé, codirecteur du Théâtre 14 (Paris 14e, 20 rue Marc Sangnier), nous a confirmé que les membres de la Société des Amis de Victor Hugo bénéficient toujours de tarifs réduits de 18 euros au lieu de 25 ; 10 euros pour les moins de 26 ans et demandeurs d’emploi. Réservations, lorsque le théâtre rouvrira, auprès de Madeleine Dos Santos, responsable des collectivités : 01 45 43 25 48 du lundi au vendredi de 14h à 17h ou par courriel à contact@theatre14.fr

*La Maison des Arts de Créteil nous permet d’obtenir des places à 11 euros au lieu de 22. Rappelons que cette double salle est à moins de 10 minutes à pied de la station Créteil-Préfecture sur la ligne 8 du métro parisien et qu’une navette gratuite ramène les spectateurs qui le souhaitent à Bastille ou au Châtelet. Il ne reste plus que très peu de places pour L’Etat de siège d’Albert Camus, mise en scène Emmanuel Demarcy-Mota (qui a dirigé Rhinocéros d’Ionesco en novembre 2018), avec, entre autres interprètes, Serge Maggiani (la Peste), Valérie Dashwood (la Secrétaire), Philippe Demarle (Nada), Hugues Quester (l’Homme), Matthieu Dessertine (Diego), Hannah Levin Seiderman (Victoria), le 23 avril, dans la grande salle, si elle est rouverte.

Veuillez nous faire savoir dès que possible à amis.victor.hugo@gmail.com si vous prenez des options pour ce spectacle.

* Tarif réduit 13 euros au lieu de 20 pour Beethoven entre ciel et terre, écrit et mis en scène par Danièle Léon, et interprété par elle avec Ruy Ferreira (Beethoven), Pascal Guignard-Cordelier (Franz), Benjamin Gray (Karl, le neveu de Beethoven), Susanna Casadieu, pianiste (Antonia), Atelier du Verbe, Paris 14e, 17 rue Gassendi. Prochaines représentations les 24 et 25 avril à 19h 30 et le 26 à 16h. Réservations 06 26 24 90 59 ou atelierduverbe@gmail.com

Pour mémoire

*La Tribune de l’Art nous apprend que le Journal officiel du le 31 mars publie un arrêté pris par le Ministre de la Culture le 25 mars, refusant le certificat d’exportation demandé pour un passionnant dessin de Victor Hugo, Marine Terrace : https://www.latribunedelart.com/un-dessin-de-victor-hugo-classe-tresor-national

*Voici comment Laurence de Charrette, directrice de la rédaction du site du Figaro, ouvrait son éditorial du 23 mars : « ˝Ah! insensé qui crois que je ne suis pas toi!̏

Alors que le monde se calfeutre pour faire face au coronavirus, ces mots de Victor Hugo n’ont sans doute jamais résonné d’autant de vérité: ˝Ma vie est la vôtre, votre vie est la mienne (…) ; la destinée est une ̏, écrivait le poète dans la préface des Contemplations.

Liée par ce destin commun qu’elle avait feint d’ignorer, l’humanité se redécouvre une, faite d’un seul et même corps qu’habitent en même temps, parce qu’ils sont les deux pôles de la même histoire, grandeur et fragilité ».

* La Fondation Fosun, basée à Shanghai, en coopération avec une fondation britannique et des entreprises chinoises, a fait don de fournitures médicales, notamment des respirateurs et des combinaisons de protection, au Royaume-Uni et à la France. Le 20 mars, la fondation chinoise et la fondation Wolverhampton Wanderers ont fait livrer 80.000 masques et 5.500 combinaisons de protection aux services de la santé de la région Auvergne-Rhône-Alpes en France.

Sur les cartons d’emballage des fournitures, Fosun a imprimé, entre autres textes, cette phrase de Victor Hugo, pour adresser ses meilleures salutations aux peuples des deux pays : « La fraternité n’est qu’une idée humaine, la solidarité est une idée universelle » (extrait de « Philosophie », Œuvres complètes, Laffont, « Bouquins », volume « Critique », p. 508).

*Par ces temps de pandémie liée au coronavirus, le porte-parole de la Commission européenne, Eric Mamer, a récité ce 17 mars un poème de Victor Hugo à la fin de son point de presse quotidien, pour célébrer le printemps à venir.

« Je ne sais pas si vous avez remarqué comme moi que dehors le soleil brille ce matin. Beaucoup de gens sont confinés chez eux. Et donc, je voudrais lire un petit poème pour nous rappeler que la nature continue et que le printemps est bientôt là », a-t-il déclaré.

Il a alors récité « Printemps» : « Voici donc les longs jours, lumière, amour, délire!/ Voici le printemps! mars, avril au doux sourire… ». La traduction du poème était assurée en anglais par les interprètes de la Commission. Dans une note sur ce poème sans titre de Toute la lyre (II, 26), Bernard Leuilliot indique que le premier vers serait de Paul Meurice, le poème commençant dans le manuscrit par un vers sans rime (Œuvres complètes, « Poésie IV », Laffont, collection « Bouquins »)…

*Représentation de Hugo, l’exil, la rage, le rêve par Paul Fructus à Rodilhan (Var) le 8 mars à 18h.

*Dans le cadre d’un cycle Autour des féminins, spectacle Hugo d’Elisabeth Duyck -scène d’Angelo, tyran de Padoue -, les 7 et 8 mars à Arpajon (Essonne).

*Dans un récital donné le 7 mars à 20h 30 à Parthenay (Deux-Sèvres), Yves Jamait a dit le poème de Hugo « À ma fille » et interprété sa chanson  Dès l’aube, inspirée par le célèbre poème de Hugo « Demain dès l’aube… »

*Les Misérables se donnaient dans l’adaptation de Charlotte Escamez en forme de conte musical, mise en scène par William Mesguich, interprétée par la compagnie Coïncidences vocales dirigée par Magalie Pallies, avec Estelle Andrea (Cosette), Oscar Clark (Javert), à la Terrasse de Gif-sur-Yvette (Essonne) le 7 mars à 21h.

*Adieux de l’hôtesse arabe de Bizet sur un poème des Orientales était au programme d’un concert Invitation aux voyages, interprété par Sabine Revault d’Allonnes, accompagnée au piano par Stéphanie Humeau, le 27 février, à la mairie du 3e arrondissement de Paris.

*Valjean, mis en scène par Elsa Saladin, était repris par Christophe Delessart au Théâtre des Nouveautés de Tarbes (Hautes-Pyrénées), à l’initiative de la Ligue de l’enseignement départementale, le 25 février. Il l’avait interprété le 8 février à Rantigny (Oise), salle Paul Eiselé.

*Le 21 février, à partir des textes de l’atelier d’écriture, « Les plumes de l’Aubrière », dirigé par Mireille Lemaitre, les acteurs de l’atelier théâtre de Mickaël Bernard ont fait vivre ces écrits sur scène à Fondettes (Indre-et-Loire), accompagnés de musique (piano, harpe, guitare) et de visuels, provenant des ateliers de l’Aubrière. Cette année, quelques acteurs de la troupe des Bouffons des toits ont participé à ce spectacle, en interprétant des textes de grands auteurs (Victor Hugo, et Molière, entre autres…) également mis en musique et en image par les adhérents de l’Aubrière.

*Guitare à la main, Suzanne Emsevel présentait son disque Berceuse pour les fous , samedi 8 février, à la médiathèque de Plouguerneau (Finistère). Dans son album, sorti fin octobre et édité par Mercier Musique, se trouve sa mise en musique de « Demain dès l’aube ».

*La Fée d’Argouges de Rânes proposait son adaptation des Misérables mise en scène par la troupe, le 7 février à 20h30, à Messei dans l’Orne, salle culturelle de la Varenne, 17, rue Jean-Dumas

*Les livres I à IV des Contemplations seront au programme des élèves de Première en 2020-2021.

*La classe de chant du conservatoire, dirigée par le professeur Didier Oueillé, accompagnée par les pianistes Ana Cogan et Yuleika Haliberto, a interprété un récital de musique française, intitulé Nos amies les bêtes, ce mardi 4 février, à 21 heures, au temple de la rue du Consulat de Castres (Tarn). Ce bestiaire musical rendait hommage à la variété des sensibilités des poètes (Baudelaire, Hugo, Prévert, Gautier, La Fontaine) et des compositeurs choisis, entre autres Saint-Saëns, Bizet et Fauré qui ont mis en musique des poèmes animaliers de Hugo.

Arnaud Laster (rédacteur de la lettre d’information)

 

Benjamin Michelis (responsable de la diffusion de la lettre d’information)

Si vous ne voulez plus recevoir ce genre de message, merci de le faire savoir à amis.victor.hugo@gmail.com