lettre_info

Lettre d’information

Lettre d’information n°679

Lettre d’information n°679

Société des Amis de Victor Hugo

Adresse du site:

http:// victor-hugo.org

Secrétariat : 7, place Salvador Allende 94000 Créteil

Adresse électronique : amisdevictorhugo@laposte.net

Couleur verte : nouvelles informations.

Couleur rouge : événements organisés par des adhérents ou livres et articles dont ils sont auteurs ou co-auteurs ;  noms de nos adhérents.

Couleur bleue : lien qui vous permet d’avoir des précisions sur l’information donnée.

La version courte est envoyée par courrier électronique ; la version longue téléchargeable sous forme de fichier PDF en cliquant sur l’encadré gris qui le propose ou consultable sur le site : http://victor-hugo.org/fr/lettre-dinformation/

L’archivage mensuel des événements hugoliens de décembre 2004 à août 2017 est également consultable sur le site (http://victor-hugo.org/fr/evenements-archives/) et complété progressivement.

Le bulletin annuel de notre association, L’Écho Hugo n°15 (2016, 156 pages), est paru. Il devrait avoir été donné ou envoyé à tous les adhérents à jour de leur cotisation 2016. Si, à jour de votre cotisation 2016, vous n’avez pas reçu ce bulletin, veuillez le signaler d’urgence à amisdevictorhugo@laposte.net

N’oubliez pas, si vous ne l’avez déjà fait, de cotiser pour l’année 2017. Vos cotisations nous permettent de faire vivre l’association et de diffuser l’œuvre et la pensée de Victor Hugo (voir http://victor-hugo.org/fr/adhesion-a-la-societe-des-amis-de-victor-hugo/). Elles sont déductibles à 66 % de vos impôts. Veuillez les envoyer directement au nouveau trésorier de la Société des Amis de Victor Hugo : Michel Rouxel, 133 rue Damrémont, 75018 Paris. La cotisation peut se régler par le système Paypal, particulièrement commode pour celles et ceux qui résident hors de France. Pour cela, il suffit de se rendre sur la page http://victor-hugo.org/fr/adhesion-a-la-societe-des-amis-de-victor-hugo/ et de cliquer sur le logo Paypal en saisissant le montant de sa cotisation en fonction des situations vous correspondant.

 

Notre page Facebook : https://www.facebook.com/victorhugo1802/?pnref=story

Vous y trouverez des textes, des informations sur l’actualité hugolienne, et vous pourrez intervenir et débattre. Cette page compte 1364 abonnés à la date du 4 octobre 2017.

 

Le Festival Victor Hugo et Égaux de 2018 célébrera Hugo et les sœurs Brontë – Charlotte, Emily et Anne – à l’occasion du bicentenaire de la naissance d’Emily, auteure des Hauts de Hurlevent.

Notre compte Twitter: https://twitter.com/AmisHugo

Manifestations & événements concernant Victor Hugo

Du jeudi 5 au mercredi 11 octobre 2017

(en France et dans le monde).

Jeudi 5 octobre :

*2h 40: Quasimodo (The Hunchback of Notre-Dame), réal. Wilhelm Dieterle, scén. Sonya Levien, adapt. Bruno Frank, USA, prod. RKO (Pandro S. Berman), act. Charles Laughton (Quasimodo), Sir Cedric Hardwicke (Jehan Frollo), Thomas Mitchell (Clopin), Maureen O’Hara (Esmeralda), Edmund O’Brien (Gringoire), Katherine Alexander (Mme de Lys), Helen Whitney (Fleur-de-Lys), Alan Marshall (Phoebus), Harry Davenport (Louis XI), George Zucco, Rod La Rocque, Walter Hampden (L’archidiacre), 110 min, NB, VM. Chaîne Ciné Classic.

*10h à 14h et 16h à 18h : Maison Musée Victor Hugo de Pasaia (Pasages) (Espagne), exposition permanente: Voyage vers la mémoire ; et audio-visuel interactif : Un guide touristique nommé Victor Hugo. Entrée gratuite ; Pâques, juillet et août: 9h-14h/16h-19h. Fermetures: les 24, 25 et 31 décembre/ le 1er et le 6 janvier http://www.oarsoaldeaturismoa.eus/fr/connaissez-oarsoaldea/nos-musees/casa-de-victor-hugo.html

 

*10h à 18h : Corpus 8 – Digressions, exposition Format de poche à la Maison de Victor Hugo, Paris 4e, 6 place des Vosges.  Tous les jours sauf lundis et fériés, du 26 septembre au 26 novembre. [La Maison de Victor Hugo accueille le groupe Corpus, collectif, créé en 1992, de douze artistes/bijoutiers, principalement issus de l’Ecole des Arts Décoratifs de Strasbourg, auxquels elle offre  un champ de réflexion et de création qui se nourrit aussi bien de l’œuvre plastique du poète (dessins, décors..) que de ses convictions politiques (combat contre la peine de mort, exil..) ou de sa biographie familiale. La créativité hors norme de Victor Hugo a fasciné les artistes de Corpus qui, s’imprégnant du monde de « l’homme océan », y ont puisé leur inspiration. Cette immersion dans l’œuvre polymorphe de l’écrivain se concrétise à travers des créations originales et personnelles, porteuses d’un regard nouveau et contemporain sur l’écrivain comme d’interrogations plus vastes sur le monde qui nous entoure. La digression, signe d’un affranchissement, est associée à la pure liberté créatrice. Corpus 8 dessine ici sa boucle jusqu’à l’infini en un trajet sinueux dans l’univers foisonnant de l’écrivain et parcourt ses multiples digressions. Liste des artistes participant au projet : Catherine Abrial, Brune Boyer, Christophe Burger, Véronique Buri, Olivier Daunay, Florence Lehmann, Astrid Meyer, Suzanne Ottwell Negre, Maud Rottier. En savoir plus :www.parcoursbijoux.com ]

-à 18h 30 : Présentation par Caroline Fabre-Rousseau de sa pièce L’Affaire Julie Hugo, suivie d’une lecture de quelques extraits par un comédien (http://maisonsvictorhugo.paris.fr/fr/activites/agenda-des-activites-et-evenements

 

*10h à 12h 30 et 14h à 18h : Ouvrez des écoles !, Victor Hugo et l’école de la République, nouvelle exposition à la Maison Vacquerie-Musée Victor Hugo, Rives-en-Seine (Seine-Maritime). Jusqu’au 21 octobre. Tous les jours sauf mardi et dimanche matin. Voir http://www.museevictorhugo.fr/exposition/prochaine-exposition-ouvrez-des-ecoles–1.html

 

*10h à 18h : De Poussin à Cézanne [en passant par Victor Hugo], chefs-d’œuvre du dessin français de la collection Prat, exposition, Toulouse, Fondation Bemberg, Hôtel d’Assézat, place d’Assézat. Du 23 juin au 1er octobre et du mardi au dimanche et jusqu’à 20h 30 le jeudi. Plein tarif : 10 euros ; tarif réduit : 8 euros. Visites guidées le mardi, le jeudi, le samedi et le dimanche à 14h 30. Plein tarif : 13 euros ; tarif réduit : 11 euros.

 

*Sur les pas de Victor Hugo à Mons [Belgique]. Une exposition, deux lieux :

-10h à 16h : Artothèque, rue Claude de Bettignies, du jeudi au dimanche, du 22 avril au 31 décembre ;

-10h à 18h : Beffroi, rampe du Château/rue des Gardes,  du mardi au dimanche, du 22 avril au 12 novembre.

Infos : 065 40 53 25 et  www.polemuseal.mons.be

Tarifs: www.beffroi.mons.be - www.artotheque.mons.be

 

*10h 30 à 18h : Maison natale de Victor Hugo, Besançon (Doubs), 140 Grande-Rue. Tous les jours sauf le mardi. Entrée : 2,50 € en plein tarif ; 1,50 € pour les étudiants sur présentation de leur carte, les Amis des Musées et des Bibliothèques, les familles nombreuses, les personnes handicapées. Entrée gratuite pour les jeunes de moins de 18 ans, les demandeurs d’emploi, les bénéficiaires de minima sociaux, les ICOM, les journalistes, les membres de la Fédération des Maisons d’Écrivains et les porteurs du ticket avantages jeunes.

[Exposition permanente : Rez-de chaussée – « Hugo bisontin ? » (hommages des Bisontins à l’auteur et liens tissés par lui avec sa ville natale) -; 1er étage – « L’homme engagé » (exposition permanente) ; quatre thématiques et leurs prolongements aujourd’hui : la liberté d’expression (partenaire : Reporters sans frontières); misère-égalité-justice (partenaire : ATD Quart Monde pour la lutte contre la misère) ; l’enfance et l’éducation, dans la chambre natale (partenaire : Unicef pour les droits de l’enfant) ; liberté des peuples, dans le salon de la rue de Clichy, où Hugo a reçu quantité d’invités de 1874 à 1878, donné par Alice et Edouard Lockroy à la ville de Besançon (partenaire : Amnesty International) ; cave voûtée – salle Gavroche, espace pour l’action culturelle – projections, conférences, expositions temporaires, lectures, petites mises en scène théâtrales ou musicales – capable d’accueillir 65 personnes . Visites de groupes de 10h à 12h. Internet : http://www.besancon.fr/index.php?p=1328 ]

 

*12h à 18h: Maison de Victor Hugo et Musée littéraire (rénové) à Vianden (Luxembourg), 37 rue de la Gare. Sauf les lundis. Tarif plein : 5 euros. Informations : http://www.victor-hugo.lu/cgi-bin/baseportal.pl?htx=/musee&cap=mus

 

*Une exposition intitulée « « Aimer, c’est agir » : Victor Hugo et la culture chinoise » se tient du 20 septembre au 19 novembre à Guangzhou (Canton), capitale de la province chinoise du Guangdong (sud), au Nong Jiang Suo Institute Museum de Canton du 20 septembre au 19 novembre 2017. L’exposition présente des peintures de Victor Hugo ayant pour thème la Chine, des objets d’art chinois, sa célèbre lettre concernant le Yuanmingyuan (ancien Palais d’été chinois), ainsi que des photos et des céramiques précieuses, tous conservés par les Maisons de Victor Hugo à Paris et à Guernesey.

 

*17h 30: Ouragan, le documentaire de Cyril Barbançon (directeur de la photographie), Andy Byatt et Jacqueline Farmer (productrice), scénario Philippe Blasband, Frédérique Zepter et Olivier Lorelle,  avec des textes de Hugo lus par Romane Bohringer et une musique de Yann Tiersen, sorti sur les écrans le 8 juin, est, dans une version raccourcie, à l’affiche de la Géode, Paris 19e, 26 avenue Corentin Cariou. Prochaines projections à ce même horaire tous les jours sauf lundi. [D’après le site Allociné, la voix off du film (Romane Bohringer) s’inspire librement de textes écrits par Victor Hugo sous le titre « La Mer et le Vent » pour Les Travailleurs de la mer. L’équipe du film a été frappée par la corrélation entre les mots de Victor Hugo et ce qu’elle a pu vivre pendant le tournage du film. Les réalisateurs expliquent : « Le texte présente de magnifiques descriptions d’instants de tempête, sa prose redonne vie au déchainement des éléments. Selon ses mots, la tempête est “ le poumon de l’infini qui souffle” ».]

 

*19h : Le Dernier Jour d’un condamné, adapté par David Lesné, mis en scène par François Bourcier, interprété par William Mesguich, musique David Benadon. Studio Hébertot, Paris 17e, 78 bis boulevard des Batignolles. Du 29 août au 3 novembre ; du mardi au samedi à 19h et le dimanche à 17h. Pour les adhérents de la Société des amis de Victor Hugo, en réservant, soit par téléphone au 01 42 93 13 04, soit par Internet sur www.studiohebertot.com en stipulant le code « AMIS DE VICTOR HUGO » et sur présentation de leur carte  au guichet, tarif réduit à 18 euros au lieu de 28.

 

*19h : Valjean, adaptation et interprétation Christophe Delessart, mise en scène Elsa Saladin, À la Folie Théâtre, Petite Folie, Paris 11e, 6 rue de la Folie Méricourt. Du 14 septembre au 18 janvier 2018, tous les jeudis à 19h. Réservations http://www.folietheatre.com/?page=Spectacle&spectacle=227&PHPSESSID=ff1396712081e2da9e5487037e01651a ou 01 43 55 14 80 ; tarif 20 euros ; réduit pour seniors, étudiants et sans emploi : 15 euros ; ou 13 euros + 0, 95 par place sur http://www.billetreduc.com/191740/evt.htm?utm_source=criteo&utm_medium=banner&utm_campaign=c1

[Compte rendu favorable par Danièle Gasiglia-Laster dans L’Écho Hugo n°15 / 2016 (p. 83-84) de la création en 2016 de cette adaptation.]

*19h : Un soir chez Victor H., mise en scène Lucie Berelowitsch (Compagnie des 3 Sentiers), avec Claire Bluteau, Vincent debost, Jonathan Genet, Thibault Lacroix, Jeanne Lazar. Théâtre de la Loge, Paris 11e, 77 rue de Charonne. Du 3 au 12 octobre, au même horaire tous les soirs, sauf samedi et dimanche.

*19h 30: Der Glöckner von Notre-Dame [Le Sonneur de Notre-Dame],  musique d’Alan Menken, nouveau livret de Peter Parnell,  adapté en allemand par Michael Kunze, mise en scène par Scott Schwartz, chorégraphie par Chase Brock, décors d’Alexandre Dodge, costumes d’Alejandro Vietti, orchestration de Michael Starobin, avec Maximilan Mann (Phoebus),  Felix Martin (Claude Frollo), Sarah Bowden (Esmeralda),  David Jakobs (Quasimodo), Jens Janke (Clopin). Stage Theater Des Westens, Berlin. Du 9 avril au 5 novembre. Prochaines représentations le 6 à 19h 30, le 7 à 14h 30 et 19h 30, le 8 à 14h 30 et 19h, les 10  et  11 à 18h 30 ;  https://www.musicalavenue.fr/critique-le-bossu-de-notre-dame-au-stage-theater-des-westens-a-berlin/

*19h 30 : Les Misérables, spectacle musical d’Alain Boublil et Claude-Michel Schönberg, version anglaise d’Herbert Kretzmer, mise en scène Trevor Nunn et John Caird. Nouvelle distribution : Killian Donnelly (Jean Valjean), Carley Stenson (Fantine), Hayden Tee (Javert), Steven Meo (Thénardier),  Karis Jack (Eponine), Jacqueline Tate (Madame Thénardier), Hyoie O’Grady (Enjolras). Paul Wilkins continue à tenir le rôle de Marius et Charlotte Kennedy celui de Cosette interprétés par eux depuis  2015. Londres, Queen’s Theatre (Shaftesbury Ave.,London, W1D 6BA). Prochaines représentations le 6 à 19h 30, le 7 à 14h 30 et 19h 30, les 9  et 10 octobre à 19h 30, le 11 à 14h 30 et 19h 30.

[La troupe se compose également à la date du 17 juillet d’Emma Barr; Adam Bayjou; Oliver Brenin; Ciarán Bowling; Hugo Chiarella; Andy Conaghan; Alice Ellen Wright; Sophie-May Feek; Catherine Hannay; Antony Hansen; Holly-Anne Hull; James Hume; Ciaran Joyce; Katie Kerr; Rebecca Lafferty; Jo Loxton; John Lumsden; Anna McGarahan; Jonny Purchase; Lauren Soley; Shaq Taylor; George Tebbutt; Lee Van Geleen; Danny Whitehead.]

*20h : Les Misérables, spectacle musical d’Alain Boublil et Claude-Michel Schönberg, version anglaise d’Herbert Kretzmer, Hartford (Connecticut), Bushnell Center for the Performing Arts. Représentations suivantes le 6 à 20h, le 7 à 14h et 20h, le 8 à 13h et 18h 30.

*20h : Les Misérables, par Manon Montel, avec Dov Cohen, Stéphane Dauch, Claire Faurot, Jean-Christophe Frèche, Cécile Génovèse, Manon Montel, Léo Paget, François Pérache, Anatole de Bodinat, Antoine Herbez, Xavier Girard. Théâtre du Lucernaire. Paris 6e, 53 rue Notre-Dame des Champs. Du mardi au samedi à 20h et, le dimanche, à 17h. Du 30 août au 19 novembre. Relâche les 6, 7, 11 et 13 octobre.

[« Comment réussir à donner à vie à 1800 pages, en 1h30 ? […] Après les nombreuses adaptations, il fallait trouver une empreinte particulière pour ce spectacle. Le choix s’est porté sur Mme Thénardier. Interprétée par une comédienne accordéoniste, elle devient la narratrice de la pièce. Sa gouaille populaire apostrophe le public, cassant ainsi le quatrième mur » (Manon Montel) !]

 

*21h : Les Misérables, spectacle musical d’Alain Boublil et Claude-Michel Schönberg, São Paulo (Brésil), Teatro Renault, Avenida Brigadeiro Luis Antonio. Depuis le 10 mars, les jeudis et vendredis à cet horaire, les samedis à 16h et 21h, le dimanche à 15h et 20h.

*Les Misérables,  spectacle musical de Claude-Michel Schönberg (musique), Alain
Boublil et Jean-Marc Natel (paroles originales en français), et Herbert Kretzmer (paroles en anglais), traduction japonaise de la nouvelle version de 2010, Chunichi Theatre d’Aichi (Japon), du 25 septembre au 16 octobre.

 

Vendredi 6 octobre :

 

*10h à 18h : Exposition publique des documents mis en vente le 10 à 14h 30 dont de Victor Hugo un précieux carnet autographe de 1834**, 7 dessins originaux à l’encre lavis dont un saisissant Gibet de Montfaucon (lot n°240, estimé 80 000 à 120 000 euros), Les Orientales avec envoi à Sainte-Beuve, et L’Année terrible enrichie de 7 lettres de Juliette Drouet ; des poèmes autographes. Galerie Charpentier, Paris 8e, 76, rue du Faubourg-Saint-Honoré. Suite de l’exposition samedi 7 et lundi 9 octobre de 10h à 18h. Vente dirigée par : Cyrille Cohen et Alexandre Giquello. Catalogue : http://www.bibliorare.com/catalogue/binoche-giquello-en-association-avec-sotheby-s-bibliotheque-r-et-b-l-editions-originales-romantiques-mardi-10-octobre-2017-a-14h30/ Contact à l’étude pour tout renseignement : Madame Odile Caule – tél. +33 (0) 1 47 70 48 90o.caule@betg.fr

**Lot n°219. Estimation : 70 000 – 90 000 €

HUGO (Victor) – Carnet autographe, 81 pages in-16 (105 x 65 mm), datées du 8 mars [1834] au 4 juin [1834], basane grenat estampée d’un décor à la cathédrale, contenant en outre quatre poèmes autographes dont un pourrait être inédit : « Oh! l’amour est pareil aux perles de rosée… ». Un des 3 carnets connus, écrits presque au jour le jour par Victor Hugo pour Juliette Drouet. Victor Hugo en remplissait les pages presque chaque soir dans la chambre de Juliette, afin que celle-ci le lût avant de s’endormir. Toutes les pages sont écrites à l’encre brune, à l’exception des 20 dernières pages et des poèmes qui sont au crayon. Première page, datée 8 mars: « Commençons ce livre par le mot amour. Puissions-nous le finir par le mot bonheur! ». 12 mars : « Le jour où ton regard a rencontré mon regard pour la première fois, un rayon est allé de ton coeur au mien, comme de l’aurore à une ruine ». 8 avril : «  Vois-tu, ma Juliette, tu liras ceci quand je serai sorti. […] dans tes injustices de tout à l’heure, dans tes jalousies sans but et sans sujet, dans tes paroles amères, dans tes larmes, dans tes reproches si peu mérités, je sentais percer un profond sentiment d’amour, dans tout cela, je t’adorais! toi en pleurs, c’est toujours toi! toi injuste, c’est toujours toi! et puis, si tu savais comme je comprends et comme j’excuse les colères de la jalousie. Va, personne ne sait cela mieux que moi, quand on aime, il n’y a jamais plus de tendresse au fond du coeur que lorsque le reproche est sur la bouche. Tout à l’heure, je voyais bien clairement à quel point tu m’aimes, je voyais que ton amour ressemblait au mien, et j’étais heureux. Voilà pourquoi je souriais pendant que tu pleurais. Ange! aime-moi toujours ainsi! »

 

*20h 30 : Rigoletto, opéra de Verdi, livret de Piave d’après Le Roi s’amuse de Hugo, Venise, Palazzo Barbarigo Minotto. Tous les vendredis, au moins jusqu’au 29 décembre  2017 : http://www.musicapalazzo.com/event/rigoletto-2/

 

 

Samedi 7 octobre:

 

*10h : « Les Travailleurs de la mer de Charles Baudelaire », communication de Jean-Marc Hovasse, et « Hugo en Chine », par Wu Tianchu (Nankin), au Groupe Hugo de l’Université Paris-Diderot, Bibliothèque Jacques-Seebacher, Les Grands Moulins, 5-7 rue Thomas Mann, bâtiment A, 2e étage.

 

*Activités proposées par la Maison de Victor Hugo, Paris 4e, 6 place des Vosges :

-13h: Victor Hugo, la vie et l’œuvre visite conférence  en lecture labiale;

-14h 30 : Victor Hugo, la vie et l’œuvre, visite conférence ;

-16h : Victor Hugo et son combat contre la peine de mort, visite conférence.

Tarif plein des visites conférences : 6 euros ; réduit : 5 euros. Sans réservation.

*14h 30 à 18h 30 : Maison littéraire Victor Hugo de Bièvres (Essonne). Ouverte à cet horaire le samedi et le dimanche. Visite guidée du musée et libre du parc : 5 euros ; 4 pour + de 60 ans et étudiants.

 

*15h : Le Feu du poète / De la chute à la célébration / Baudelaire, Rimbaud, Hugo, Nietzsche, Whitman, mis en scène et interprété par Jean-Baptiste Ponsot, Studio Hébertot, Paris 17e, 78 bis boulevard des Batignolles. Les samedis à 15h. Places à 28 euros ; tarifs réduits à 15 et 18 euros. 01 42 93 13 04.

[« Victor Hugo, déclare Jean-Baptiste Ponsot, cité par L’Officiel des spectacles du 6 septembre, c’est le poète qui est l’emblème des trois valeurs qui me sont chères et qui permettent la grandeur de l’homme : le combat, la création et le possible »]

 

*18h 15 : Condamnée, interprétée par Betty Pelissou, mise en scène Vincent Marbeau (durée : 1h 05), Théâtre Laurette, Paris 10e, 36 rue Bichat.

 

*20h : De la poussière et des étoiles  / « Il se fait beaucoup de grandes actions dans les petites luttes. », Spectacle flamenco de Laurence Marion-Diaz, chorégraphié par Albane Mathieu Fuster d’après  Les Misérables, par la Compagnie Duende Flamenco, avec  Albane Mathieu-Fuster, Laurence Marion-Diaz, Magalie Journot (durée : 1h 50), Pelousey (Doubs), Maison de la Noue. Tarif : 5 euros. 03 81 58 05 16.

[« Il se fait beaucoup de grandes actions dans les petites luttes. Nobles et mystérieux triomphes qu’aucun regard ne voit, qu’aucune renommée ne paye, qu’aucune fanfare ne salue. La vie, le malheur, la pauvreté sont des champs de bataille qui ont leurs héros; héros obscurs plus grands parfois que les héros illustres. »  (Victor Hugo)

« Le Flamenco est né d’un cri, celui du désespoir, celui de la révolte, celui de la colère. Victor Hugo a, lui aussi, poussé un cri, un cri contre les injustices et contre la misère. Aujourd’hui, nous poussons aussi notre cri avec eux. Ce spectacle parle de nos combats, quand nous mordons la poussière et quand nous sommes la tête dans les étoiles. » (Laurence Marion-Diaz)

Le spectacle est composé de 4 tableaux illustrant 4 combats chers à V. Hugo :

-contre la prostitution et pour l’égalité des sexes

-pour un droit universel à l’instruction

-pour l’éradication de la misère

-pour les valeurs de la République

Les textes sont des extraits du roman Les Misérables choisis en fonction de l’illustration des combats de V. Hugo. Les chorégraphies expriment à elles seules certaines de ces luttes et certains de ces cris. ]

Dimanche 8 octobre:

*11h 55 : Les Portes de la nuit, film de Marcel Carné (1946), scénario et dialogues de Jacques Prévert, décors d’Alexandre Trauner, musique de Joseph Kosma,  avec Pierre Brasseur, Raymond Bussières, Saturnin Fabre, Yves Montand, Nathalie Nattier, Serge Reggiani, JeanVilar . Chaîne Ciné + Classic. Rediffusion le 11 à 18h 30.

[Le titre du film se trouve dans un vers de « Veni, vidi, vixi » (Les Contemplations), Étiennette (interprétée par Dany Robin) porte le prénom d’un personnage de Mille francs de récompense ; ce pourrait n’être que des coïncidences mais ses petits frères que leur père (joué par Carette) allait chercher sur les barricades de la Libération lui inspirent cette réflexion : « Le genre Gavroche…Un Gavroche dans la famille, passe encore…mais une douzaine… »]

 

Lundi 9 octobre :

 

*20h : Reprise de Marie Tudor, mise en scène de Pascal Faber (qui interprétera Simon Renard, avec Pierre Azéma (Gilbert), Séverine Cojannot (la Reine), Pascal Guignard (Maître Enéas / Le Juif), Frédéric Jeannot (Fabiano Fabiani), Joëlle Lüthi (Jane). A partir du 9 octobre, le lundi à 20h. Théâtre Rive Gauche, Paris 14e, 6 rue de la Gaîté. Tarif réduit pour les adhérents de la Société des Amis de Victor Hugo sur présentation de leur carte au moment du retrait des billets : 12 euros au lieu de 21 pour la première, 15 euros au lieu de 21 pour les représentations suivantes ; réservations possibles au 01 43 35 32 31.

 

*20h 30 : Éloquence à l’assembléeRobespierre, Hugo, Simone Veil, Aimé Césaire - , par Pierre Grillet et Jérémie Lippmann (metteur en scène aussi), avec le concours de Jacques Gabel, scénographe, interprété par Joey Starr, Caluire-et-Cuire (Rhône), Radiant Bellevue, 1 rue Jean-Moulin.

 

Mardi 10 octobre :

 

*20h 30 : Pyrénées ou Le Voyage de l’été 1843, adaptation et mise en scène de Sylvie Blotnikas. Avec Julien Rochefort. Théâtre Firmin-Gémier nomade / Espace Vasarely – Antony (Hauts-de-Seine). Autres représentations le 11 au même horaire et le 12 octobre 2017 à 19h 30.

[Compte rendu favorable par Danièle Gasiglia-Laster dans L’Écho Hugo n°15 / 2016 (p. 72-74) de la création en 2016.]

 

Mercredi 11 octobre :

 

*Activités proposées par la Maison de Victor Hugo, Paris 4e, 6 place des Vosges :

-13h 30: Victor Hugo, une vie comme un conte, visite contée;

-14h 30 : Victor Hugo, la vie et l’œuvre, visite conférence ;

-15h : L’Art d’être grand-père, visite contée ;

-16h : Victor Hugo citoyen et homme politique, visite conférence.

Tarif plein des visites contées (réservations au 01 71 28 14 97) : 5 euros ; 7 pour les adultes. Tarif plein des visites conférences : 6 euros ; réduit : 5 euros. Sans réservation.

 

*19h 30 : Les Misérables, spectacle musical d’Alain Boublil et Claude-Michel Schönberg, version anglaise d’Herbert Kretzmer, Chicago, Cadillac Palace Theatre. Représentations suivantes le 12 à 14h et 19h 30, le 13 à 19h 30. Jusqu’au 29 octobre.

*21h50 : Le Fan Tour de Guillaume [Ducreux], Saison : 1 – Episode : 7/9 « Victor Hugo », réalisé par : Charles Bernard Luca Bergamaschi, Chaîne Voyage. [On m’y apercevra peut-être…]

 

Spectacles et manifestations à venir :

 

*Mises en scène de pièces de Hugo

 

-Le Théâtre de l’Aquarium, installé dans la Cartoucherie de Vincennes, nous a annoncé que Mille francs de récompense y sera mis en scène par Kheireddine Lardjam en mars 2018. Il nous propose le principe d’une rencontre autour de la pièce de Hugo (que j’ai réintégrée au  Théâtre en liberté, dans mon édition de celui-ci en Folio classique)  et de sa mise en scène.

*Manifestations et Spectacles littéraires et musicaux sur des textes de Hugo et adaptations théâtrales et lyriques de ses œuvres.

 

- Suite de la tournée du spectacle musical Notre-Dame de Paris, de Plamondon et Cocciante ; lien avec son site officiel: http://notredamedeparislespectacle.com/ qui indique dates et lieux: en octobre : Nantes (13-14), Caen (20-21), Amiens (27-28) ; en novembre, Lille (3-4), Epernay (17-18), Lyon (24-25) ; en décembre, Clermont-Ferrand (1er -2), Limoges (8-9), Bordeaux (22-23).

 

-Geoffrey Couët, qui fut l’interprète |de Théo dans le film Théo et Hugo dans le même bateau de Jacques Martineau et Olivier Ducastel, déclare préparer des créations en tant qu’auteur et metteur en scène, toutes contemporaines sauf ce qu’il adapte pour un « seul en scène » : une pièce de Victor Hugo ! (Source : Têtu).

 

-Nous avions déjà annoncé la composition par Gabriel Rigaux d’un cycle sur des poèmes choisis des Contemplations. Il nous a adressé un lien qui présente au mieux l’ensemble du projet et du contenu musical: http://www.cap-prod.org/gabriel-rigaux/ et des extraits vidéos pour se faire une idée de sa musique : https://www.youtube.com/watch?v=HbLJDE72d1I -

https://www.youtube.com/watch?v=XMgEgFf7Ti0

 

*En novembre 2019, à l’occasion des 500 ans de la création de La Havane, capitale cubaine, l’association française Cuba Coopération prévoit d’organiser un colloque sur le thème « Victor Hugo visionnaire de paix », en incluant une analyse des relations entre l’auteur et le héros national cubain José Marti. Un site s’est ouvert qui rendra compte de l’avancement du projet : https://victor-hugo-cuba-2019.jimdo.com/

*Le Grand Besançon s’est engagé à organiser un Forum thématique afin d’appuyer la candidature de la France à l’Exposition Universelle 2025. Au programme si celle-ci est retenue, un « Village Global », véritable nid d’innovations, naîtra d’ici 2025. Entre autres parmi les projets, celui de faire revivre via un hologramme ou un robot intelligent le génie né à Besançon, Victor Hugo.

 

Actualité bibliographique

 

*Un exemplaire de l’édition originale du recueil de Hugo Les chants du crépuscule, publié par Eugène Renduel, à Paris en 1835 (14×21,5cm), est en vente à la Librairie Le Feu Follet, 31 rue Henri Barbusse à Paris 5e, ouverte du lundi au vendredi de 11h à 19h.  Un précieux poème autographe de Victor Hugo intitulé « La pauvre fleur disait au papillon céleste », sur deux feuillets repliés, a été monté sur onglet en regard de la version définitive adoptée par l’auteur et imprimée page 223 du recueil.

Les 4 strophes correspondent aux 1e, 4e, 5e et 6e du poème tel que Hugo l’a publié. La 1e, identique, sert de refrain, rappelé, avant la suivante, puis entre les autres et après la dernière, par ses premiers mots : « La pauvre fleur ».

Variantes : en tête de la 2e strophe : « Ingrat ! » au lieu de « Mais non, » ; au vers 4 de cette strophe : « sur mes pieds » au lieu de « A mes pieds ».

Lien avec le catalogue de la librairie : https://m.edition-originale.com/fr/recherche-avancee/resultats?keyword=Victor+Hugo+ [Information communiquée par Carine Fréard]

 

*Parmi les nouvelles éditions d’oeuvres de Hugo

 

-Les Misérables (en un seul volume), édition, présentée, établie et annotée par Yves Gohin, Folio classique, 1344 pages (publiée en 3 volumes en 1973 et parue sous cette nouvelle forme le 29 juin 2017). Prix : 13 euros 90 (au lieu de 16 euros 40 les 2 volumes de 960 pages chacun, également disponibles)

 

-Lucrèce Borgia, texte intégral du drame de Hugo, suivi d’une anthologie de Cédric Corgnet sur la figure de Lucrèce, Hatier, coll. Classiques et compagnie Lycée (paru le 12 avril 2017).

- Lucrèce Borgia, en collection GF de Flammarion, paru le 25 avril 2017. Cette édition reproduit une des parodies du drame, Tigresse Mort-aux-Rats, réécriture burlesque et satirique. Elle comprend également un entretien avec le metteur en scène David Bobée qui avait choisi Béatrice Dalle pour interpréter le rôle titre et qui revient sur sa lecture politique et esthétique de l’œuvre. Dossier : 1. Création et réception 2. Du texte à sa représentation 3. La mise en scène de David Bobée  4. Figures de la violence au théâtre 5. Les femmes criminelles à l’époque romantique.

-Les Misérables,  extraits des 5 parties, choisis par Naoki Inagaki, édition bilingue (français-japonais) et CD par Michaël Ferrier, 146 pages, Tokyo : Editions Hakushui-sha, 2017

Sortie en librairie, le 12 janvier 2017, de six titres de Hugo à 2 euros le volume en collection Folio classique de Gallimard :

-Bug-Jargal, édition présentée, établie et annotée par Roger Borderie, 267 pages ;

-Le Dernier Jour d’un condamné, édition présentée, établie et annotée par Roger Borderie, 201 pages ;

-Claude Gueux, édition présentée, établie et annotée par Arnaud Laster, 137 pages [Interview lors de la première version de cette édition en 2015 : http://www.cercle-enseignement.com/Espace-auteurs/Interviews/Interviews/Arnaud-Laster] ;

-Notre-Dame de Paris (une anthologie), préface d’Adrien Goetz, édition établie et annotée par Benedikte Andersson, chronologie de Samuel de Sacy, 320 pages ;

-Les Misérables (une anthologie), préface de Mario Vargas Llosa, édition établie et annotée par Yves Gohin, 269 pages ;

-Mangeront-ils ?, édition présentée, établie et annotée par Arnaud Laster, 171 pages. 

 

-Notre-Dame de Paris vue par Victor Hugo, Nouvelles Editions Scala, collection « Pittoresques », 2016 [livre signalé par Carine Fréard]

 

-Publication par les Editions des Saints-Pères [ !] du manuscrit, conservé à la Bibliothèque nationale de France, de Notre-Dame de Paris en 2 volumes de 928 pages dans un coffret bleu à 1 000 exemplaires numérotés, publiés et vendus 249 euros sur le site de l’éditeur. Avec une sélection de gravures et de dessins réalisés pour des éditions illustrées de Notre-Dame de Paris publiées au XIXe siècle. Livre disponible sur le site de l’éditeur.

 

 

*Publications concernant Hugo, partiellement ou totalement :

 

-Les Egouts de Paris vus par Victor Hugo, Nouvelles Editions Scala, collection « Pittoresques », 64 pages, publication, le 28 septembre 2017.

-L’écrivain, journaliste, poète et musicien Mohamed Bouziane, vient d’éditer, à Dar Anwar El Maârifa de Mostaganem, un ouvrage nostalgique intitulé L’Iliade de Paris, qui est dédié à la capitale française. Cet ouvrage est un recueil poétique composé de 175 poèmes consacrés à cette cité millénaire. Ils sont illustrés par des photographies ou des gravures en noir et blanc de monuments et édifices historiques connus […] Cet Iliade est dédiée entre autres aux écrivains et poètes, à l’image de Victor Hugo, Alfred de Musset, Baudelaire et bien d’autres. […] Mohamed Bouziane est un des fondateurs du club oranais «Univers des poètes» en 2002, et a collaboré à La voix de l’Oranie et au Journal de l’Ouest (Source : http://www.elwatan.com/regions/ouest/oran/l-iliade-de-paris-un-ouvrage-de-mohamed-bouziane-24-09-2017-353314_135.php ).

-Parution, le 14 septembre, d’un livre de Véronique Dufief  , Contempler avec Victor Hugo, 144 pages,  Editions Salvator . Prix de vente: 17 €

[Résumé de l’éditeur : «Rien de tel que d’être célèbre pour être méconnu. Laissant de côté le colosse des statues officielles, Véronique Dufief, qui a partagé dix ans de sa vie avec Victor Hugo, nous invite à découvrir un visage ami, infiniment proche et délicat. Pour descendre dans les abysses de l’âme humaine, redécouvrons ce guide merveilleux. Il a exploré toutes les dimensions de l’existence. Il a aussi accepté, avec autant d’humilité que d’humour, de se laisser travailler jusqu’au tréfonds, dans la solitude, la faiblesse et le deuil, par l’inlassable exercice de la contemplation. En tête à tête, pendant vingt ans, avec la mer. Ancienne élève de l’École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud, Véronique Dufief est maître de conférences à l’Université de Dijon. Sa thèse de doctorat, Victor Hugo et le désir de savoir, a été publiée en 2002 chez L’Harmattan. Elle est l’auteur aux Éditions Salvator de La souffrance désarmée, prix 2014 du livre de spiritualité Panorama/La Procure ».]

 

-Parution de La Littérature française au XIXe siècle mise à l’Index : Les procédures, par Jean-Baptiste Amadieu , Collection Cerf Patrimoines,  552 pages – août 2017. 39€

[Du concile de Trente à Vatican II, l’Église romaine interdit à ses fidèles la lecture d’ouvrages par leur inscription dans la liste des livres prohibés, l’Index librorum prohibitorum. Au XIXe siècle, tout ou partie des oeuvres romanesques de Balzac, George Sand, Victor Hugo, Eugène Sue, Dumas père et fils, Flaubert, Stendhal et Zola subirent une mise à l’Index. Les décrets ne mentionnaient pourtant pas pour quel motif ni dans quelle circonstance la Congrégation de l’Index avait frappé d’interdit Notre- Dame de Paris et Les Misérables. Il serait encore impossible de reconstituer les procès et de connaître la teneur des débats, si le Saint-Siège, au nom de la « repentance » voulue par Jean-Paul II, n’avait pas ouvert les archives historiques de la Congrégation à la recherche savante. Après un bref rappel historique sur la législation canonique en matière de livres depuis l’invention de l’imprimerie, Jean-Baptiste Amadieu expose le déroulement des procès intentés aux oeuvres de fiction pour le XIXe siècle français à la lumière des archives de l’Index : la dénonciation de l’oeuvre, son examen détaillé par un rapporteur, la congrégation préparatoire des consulteurs, la congrégation générale des cardinaux, la promulgation du décret par le pape. […]?
Le présent livre, reprenant la première partie de sa thèse de doctorat, est le fruit du dépouillement systématique des archives de la Congrégation romaine de l’Index relatives aux procès contre les romans et les pièces de théâtre du XIXe siècle français.]

 

-Parution, le 6 septembre, de Nerval l’inconsolé (Vandermeulen & Casanave / Casterman), biographie sous forme de bande dessinée qui, sur un ton légèrement humoristique, utilisant un français contemporain parfois anachronique (sans doute pour rendre modernes les figures du Romantisme), fait traverser quelques événements majeurs du XIXe siècle comme la bataille d’Hernani et les révolutions de 1830 et de 1848, et permet de croiser de grands personnages: Victor Hugo, Alexandre Dumas ou l’ami de toujours Théophile Gautier (source : http://www.huffingtonpost.fr/jean-samuel-kriegk/un-automne-bd-riche-en-reportages-et-biographies_a_23213422/ ).

 

-Daniel Farhi nous signale dans la série du magazine Lire « Biographie d’un classique » et dans le n° de septembre 2017 du mensuel un article de Jean Montenot sur « Les Misérables » (p. 100 à 103).

 

-Parution de L’écrivain vu par la photographie. Sous la direction de David Martens, Jean-Pierre Montier et Anne Reverseau. PUR Rennes, 2017, 300 pages.

 

-Pierre Popovic nous signale la parution d’un article de lui dans la revue
Romantisme, n° 175 (1/2017), p. 8-16 : « 1817, un état de l’imaginaire social. Hugo sociocriticien ? »

-Publication d’un livre de Catherine Guennec, Les Mots de la fin ! / 200 adieux historiques (L’Opportun), 351 pages. 2 pages sur Hugo (p. 161-162) où à ceux qu’on lui a attribués sont préférés ceux dont a témoigné son petit-fils Georges.

- Ecoutons la nature (144 p. accompagnées d’un CD, 16,90 €), par Patrick Scheyder, éditions Bayard. De Lucrèce à Hubert Reeves en passant par George Sand et Hugo.

-Naoki Inagaki est en train de publier une série de quatre articles sur la vie de Victor Hugo (aperçus biographiques) dans la revue mensuelle intitulée La Harpe (La Harpe en japonais aussi) que publie la Shiki Theater Company. Le premier « Comment Hugo est-il devenu Victor Hugo ? — Changement de sa signature de Victor-Marie (Victor-M.) Hugo en Victor Hugo en 1824 » est dans le numéro d’avril et le deuxième « Pendant l’exil — ce que “La Table tournante “ lui a apporté » dans celui de mai 2017. le troisième et le quatrième sont en préparation.

-« Sur le roman original : mythe de la réforme sociale qui passe du 19e au 21e siècles », article de Naoki Inagaki,  est publié aux pages 16-17 dans le Programme du film de Tom Hooper (2012) d’après Les Misérables et en vente dans les salles de cinéma

-Publication le 24 mai de Victor Hugo habite chez moi par Myriam Louviot  Livre, 48 pages ; 19 x 14 cm  + mp3 Editions Didier , Collection / Série : Mondes en VF Niveau A1 . Prix de vente au public (TTC) : 6,50 €

[Résumé : « J’habite une belle maison. Chez moi, je suis le roi. Je fais ce que je veux et tout est parfait… Hmm, non, tout n’est pas parfait. En fait, j’ai un problème : Victor Hugo habite chez moi… Croyez-moi, ce n’est pas facile tous les jours ! » Victor Hugo, sa vie, sa famille, son exil… La vie de l’écrivain racontée avec humour par son chat» ]

-Parution, le 10 mai, de la version reliée d’un livre de Didier Philippot,  Victor Hugo et la vaste ouverture du possible – Essai sur l’ontologie romantique, coll. « Études romantiques et dix-neuviémistes », n° 71, Garnier. 254 pages – Version brochée : 32 €.

-Un livre de Suzette Daviet, intitulé Nouveau Visage de Victor Hugo, 244 pages, est paru chez Publibook le 21 février 2017.

-Les SMS des grands écrivains / Petit Guide éprouvé de la correspondance amoureuse, un livre imaginé et composé par Morgane Ortin et Léa Mazet, est paru en février 2017 aux Editions Des Lettres.  « Qu’aurait écrit Victor Hugo à Juliette Drouet pour la séduire s’il avait eu un smartphone? Quel billet doux Paul Eluard aurait-il envoyé à Gala? Et comment Marguerite Duras aurait-elle amené sa rupture par SMS avec Yann Andréa? » http://www.deslettres.fr/produit/sms-grands-ecrivains-petit-guide-eprouve-de-correspondance-amoureuse/

 

-Parution, dans Chemins de traverse, revue éditée par L’Ours blanc, dépôt légal 4e trimestre 2016, des deux premières scènes de « Moi, j’avais son amour » / Victor Hugo et Juliette Drouet, comédie de Danièle Gasiglia-Laster, créée dans une mise en scène de Vincent Auvet, en avant-première au Centre Madeleine-Rebérioux de Créteil puis au Théâtre Darius-Milhaud de Paris en février 2008, traduite en italien par les soins de l’Alliance française d’Avellino et mise en scène par Tiziana Masucci en mars 2009.

 

-Publication de Commémorations nationales 2017, Editions du Patrimoine ; directeur de la publication : Henri Lemoine ; rédacteur en chef : Philippe Georges Richard : 303 pages. Parmi les anniversaires signalés, le centenaire de la naissance de Jean Massin (1917-1986), par Arnaud Laster (p. 253-254). Il m’a été demandé, je tiens à l’indiquer, de lui rendre hommage de la façon la plus personnelle possible.

 

-Les éditions L’Harmattan ont publié le 1er novembre 2016 Victor Hugo et les Magistrats, par Marcel Foulon. Présentation sur le site de l’éditeur : « Victor Hugo est le seul à avoir prononcé autant de condamnations ad hominem contre les magistrats de son siècle. Le XIXe siècle cherche en effet son présent et s’interroge sur son avenir. “L’homme-siècle” participe à tous ces débats et prononce ses condamnations en poète. Le juriste et le citoyen pourront constater quels considérables changements a effectué le monde des juges depuis Hugo, mais aussi que si aucun juge ne sanctionna ces magistrats iniques, c’est la poésie qui les condamna à la plus sévère des dégradations, celle de l’Histoire. »

 

-Une des dernières publications de Michel Butor, qui était notre président d’honneur, décédé le 24 août 2016, a été consacrée à Hugo ; dans la collection « Les Auteurs de ma vie », Buchet Chastel, 166 pages, 12 euros), son Hugo était en librairie depuis le 3 mars 2016 . [Il s’agit de morceaux choisis, regroupés en 6 sections – « Poésie », « Théâtre », « Roman », « Critique », Alentours » (notamment deux contes du grand-père, recueillis par Richard Lesclide), « Dessins » – et brièvement introduits.] Vous pouvez en lire un compte rendu dans le n° de 2016 de L’Écho Hugo (p. 43 à 48) par Hans Limon qui, le premier, nous a fait part de la douloureuse nouvelle.

 

Les cours de Michel Butor sur Hugo à l’Université de Genève peuvent être écoutés en ligne : https://mediaserver.unige.ch/Auteurs/2461/Butor%20Michel

 

-Victor Hugo en exil, adaptation  de Françoise Hamel d’après Actes et Paroles de Victor Hugo, 49 pages, collection « L’Invitation aux Voyages / Li(v)re en scène Biarritz », Triartis éditions, dépôt légal 15 septembre 2016. 10 euros.

 

-Un chapitre sur Hugo (p. 77 à 79) dans La Poétique du bonheur, essai sur la magique étude que nul n’élude, de Francis Combes ; Editions Delga, dépôt légal août 2016, 158 pages, paru le 5 septembre 2016.

 

-Virginie Berling, Victor Hugo / L’âme des aigles, Lettres d’exil (1851-1871), adaptation, collection « Scènes intempestives à Grignan », Triartis, 57 pages, dépôt légal 30 juin 2016. 10 euros.

 

- Publication, en mai 2016, à l’occasion de la sortie en salles le 8 juin du film Ouragan, d’un livre : Ouragan, l’Odyssée d’un vent, aux Éditions Actes Sud Junior. Auteurs : Emmanuelle Martin, Jean Marc Hovasse et Jacqueline Farmer. Illustrations – Alexis Liddell ; mise en images – Cyril Barbançon. Dédié à l’observation et à la compréhension de ce phénomène climatique, de son implacable puissance destructrice, et de son envers éminemment poétique, le livre est émaillé des phrases que Victor Hugo a écrites sur le souffle rageur. Jean-Marc Hovasse explique les circonstances dans lequel Hugo a écrit ces textes et l’inspiration qu’il tirait de la mer et le vent dans tous leurs états. Conçu à partir d’un film dont il suit le développement dramatique, ce livre raconte la naissance d’un vent, la croissance d’une tempête tropicale, ainsi que la vie et la mort d’un ouragan, jusqu’à son ultime déchaînement : http://www.ouragan-lefilm.com/le-livre.html

 

-La Censure théâtrale (1835-1849) / Edition des procès-verbaux, par Odile Krakovitch, Classiques Garnier, 801 pages. Paru le 6 avril 2016.

[L’index des noms permet de relever que Hugo est mentionné dans 73 pages du volume et que cinq procès-verbaux édités le concernent : un portant sur Marion Delorme (Hugo préférait, signalons-le, l’orthographe « de Lorme »), quatre sur des adaptations de Notre-Dame de Paris à la scène, dont deux que je ne connaissais pas : un vaudeville, datant de 1838, de H. Burat de Gurgy, pour le Gymnase Enfantin ; un drame en quatre tableaux d’E. Vaulabelle, créé, malgré l’interdiction demandée par les censeurs, au Théâtre du

 Belvédère le 1er février 1840]

 

-Dans le n° 47 de la revue Chemins de traverse (dépôt légal B.N. 4e trimestre 2015) publiée par les Editions de L’Ours blanc (sur ses activités voir http://assocloursblanc.over-blog.com ), parution, début 2016, p. 27-28, sous le titre « Une rencontre à Bruxelles », d’une scène inédite de Danièle Gasiglia-Laster, inspirée par la visite de Verlaine à Hugo à Bruxelles en 1867.

  

Voir aussi http://victor-hugo.org/fr/livres-et-articles-concernant-hugo/

 

Actualités cinématographique et télévisuelle

 

*Jocelyne Rouxel attire notre attention sur un film d’Olivier Ayache-Vidal avec Denis Podalydès, sorti le 13 septembre : « Un professeur de Lettres du Lycée Henri IV se retrouve en Seine-Saint-Denis dans un collège difficile où il fait étudier ou plutôt découvrir Les Misérables à des élèves de 4e. Ce n’est pas un grand film mais il peut faire réfléchir sur la situation de certains établissements dans les banlieues ou ailleurs. Comment intéresser des jeunes plus ou moins abandonnés par tout le monde ? »

 

*La seconde représentation aux Chorégies d’Orange 2017 de Rigoletto , opéra de Verdi, livret de Piave d’après Le Roi s’amuse de Hugo, mis en scène par Charles Roubaud, dirigé par Alain Guingal (en remplacement de Mikko Franck souffrant) avec Léo Nucci dans le rôle titre (comme en 2011), Nadine Sierra (Gilda), Celso Albelo (le Duc), Marie-Ange Todorovitch (Maddalena), Stefan Kocan (Sparafucile), Wojtek Smilek (Monterone), diffusée par France 3 le 11 juillet, production que Marie-Louise Demangeat a été la première à nous annoncer, peut être revue sur https://www.dailymotion.com/video/x5tprln  Belle mise en scène et sublimes interprétations de Léo Nucci et de Nadine Sierra, à ne pas manquer…

 

 

* Le site de Télé 7 jours a annoncé le 9 juin dernier : « Hugo, Prévert et Jésus arrivent sur France 2 » ( !). Deux épisodes de 52’ consacrés à Hugo au moment du coup d’État de

 1851 auraient été commandés à un réalisateur de fiction, dont on ne connaissait pas encore le nom: http://www.programme-television.org/news-tv/Hugo-Prevert-et-Jesus-arrivent-sur-France-2-4329448

 

Il semble bien que ce soient trois épisodes qui se préparent selon un synopsis qui nous a été communiqué et sur lequel nous avons émis quelques remarques critiques. On nous a promis de les communiquer aux responsables mais les propos de la directrice des documentaires de France 2, rapportés en juin dernier par Télérama et signalés à nous par Carine Fréard, étaient révélateurs de l’état défectueux du projet à cette date : «un

 Hugo sans barbe, qui passe, de 1848 à 1851, du père de la nation [sic : était-ce un malentendu pour pair de France ?] à l’ennemi d’Etat, et qui ne sait que faire de ses trois maîtresses [sic]. L’idée étant de revisiter le roman national, de faire venir les téléspectateurs sur du connu pour leur faire découvrir des aspects du grand homme qu’ils ne connaissent pas. »

 

*Andrea Beaghton, notre vice-présidente, avait attiré notre attention sur l’intérêt manifesté par Andrew Davies pour Les Misérables. Après Guerre et Paix sur BBC One, le scénariste Andrew Davies annonçait son intention de porter à l’écran Les Misérables de Victor Hugo – dans une version non musicale, ayant d’ailleurs déclaré détester particulièrement le film de Tom Hooper à cause du chant qu’il a trouvé épouvantable. Davies, qui a également adapté avec talent pour la télévision des romans de Jane Austen,

Pride and Prejudice (Orgueil et Préjugés, 1995), Emma (1996), Sense and Sensibility

(Raison et Sentiments, 2008), disait, selon The Telegraph, du roman de Hugo :It’s another big epic story and I’m thinking people will be surprised that there is so much more to it than they maybe realize. It’s an immensely powerful story about appalling levels of poverty and deprivation and how people transcend it, it’s about redemption and revenge and the extraordinary relationship between Jean Valjean and a little girl he brings up. The pursuit of Javert, the indomitable detective who lets it get personal is classic film noir.” [C’est un autre grand récit épique et je pense que les gens seront surpris qu’il s’y trouve tellement plus de choses que peut-être ils n’en ont conscience. C’est une histoire immensément puissante à propos d’épouvantables niveaux de pauvreté et de privation et de la manière dont des gens les surmontent, cela traite de rachat et de revanche et il y a l’extraordinaire relation entre Jean Valjean et une petite fille qu’il élève. La poursuite de Javert, l’indomptable détective qui en fait une affaire personnelle, c’est du pur film noir]. En attendant, le scénariste travaillait à l’adaptation en trois épisodes pour ITV de The House of Stairs, le roman de Ruth Rendell, écrit sous le pseudonyme Barbara Vine et publié en France sous le nom La Maison aux escaliers. [Sources : site Critictoo et The Telegraph].

 

Andrea Beaghton nous a signalé que le projet se précisait d’une adaptation en six épisodes, dans le cadre de celles que propose la BBC le dimanche soir. Elle serait sur le point de l’annoncer et Andrew Davies aurait reçu le feu vert ; source : http://www.telegraph.co.uk/news/2016/05/27/bbc-to-announce-new-sunday-night-adaptation-of-les-misrables/

 

Les Misérables sera, précise le site de La Dépêche, une co-production de BBC Studios et Lookout Point pour BBC One en partenariat avec Weinstein TV qui sera le distributeur aux États-Unis et en Chine. Pour le public qui n’a pas lu le livre d’Hugo ou pour tous ceux qui ne connaissent Les Misérables qu’à travers la comédie musicale, la série promet de couvrir une plus grande partie de la trame originelle. « Je suis ravi d’avoir l’opportunité de rendre véritablement justice à Victor Hugo en adaptant son chef-d’oeuvre dans une version de 6 heures pour la BBC », a déclaré Andrew Davies.

 

*Bradley Stephens nous a appris que l’adaptation de Notre-Dame de Paris par Tim Burton avec Josh Brolin n’est plus à l’ordre du jour, remplacée par une autre avec Max

 Ryan (Dante dans La Ligue des gentlemen extraordinaires, 2003) comme scénariste (avec le concours de Julio Ponce Palmieri) et interprète de Quasimodo, que tournerait en 2016 Chuck Russell (prix Hugo en 1995 pour The Mask, mais le nom de la récompense rend hommage à Hugo Gernsback, fondateur d’un des premiers magazines de science-fiction américains Amazing Stories.). Steven Berkoff (Savonarole dans Les Borgias, série TV de Neil Jordan, 2011) ferait partie de la distribution (en Frollo ?). Voir http://www.empireonline.com/news/story.asp?NID=45721.

 

Voir aussi http://victor-hugo.org/fr/films-cd-et-dvd/

 

Actualités discographique, radiophonique, vidéographique et électronique

 

*Nouveau rendez-vous sur les ondes de Radio Aube et Seine, le mardi après-midi de 15 h à 16 h, en compagnie de la romancière Édith Piotrowski : émission littéraire au cours de laquelle, décalre-t-elle, « nous aborderons les écrits de grands auteurs français ou étrangers, Victor Hugo, Émile Zola, Colette et encore bien d’autres. Nous recevrons aussi des auteurs locaux, poètes, romanciers, conteurs, dans la douceur et la magnificence des mots. »

 

*Les Actes de la Journée d’Étude des Doctoriales « Espaces et lieux de l’intime au XIXe siècle », qui  a eu lieu le 8 avril 2016 à l’Université Paris-Diderot, sont désormais disponibles à l’adresse suivantehttps://serd.hypotheses.org/805. Les Actes sont réunis par Nicolas Aude, Alice de Charentenay, Romain Enriquez, Marie-Clémence Régnier. On y trouvera notamment la contribution de Jeanne Stranart, « La page et la maison : espaces de l’expression de l’intime dans le journal épistolaire de Juliette Drouet ».

*Les quatre émissions de La Compagnie des Auteurs, sur France-Culture, consacrées à Hugo  – entretiens de Mathieu Garrigou-Lagrange avec Jean-Marc Hovasse sur la biographie de Hugo (2 volumes parus chez Fayard) ; avec Adrien Goetz sur Notre-Dame de Paris dont il a présenté une édition dans la collection Folio ; avec Arnaud Laster sur Les Misérables dont il a présenté une édition en 3 volumes chez Pocket et qu’il a accompagnés d’un dossier à la fin du tome III ; avec Claude Millet sur la poésie de Hugo et notamment La Légende des siècles – peuvent être écoutées sur le site de l’émission : https://www.franceculture.fr/emissions/la-compagnie-des-auteurs ]

 

 

*Danièle Gasiglia-Laster et Arnaud Laster étaient le 25 mai invités par Jérôme Decourcelles dans « L’Heure du Déj’ » sur Dynamic Radio à répondre aux accusations de racisme lancées contre Hugo, notamment sur la base d’une citation falsifiée, et à la pétition qui voudrait faire « imposer aux professeurs de Français » [sic] par les recteurs d’enseigner ce prétendu racisme de Hugo. On peut écouter leur intervention :  https://soundcloud.com/dynamicradio/lheure-du-dej-festival-du-cinema-bulgare-a-paris-et-victor-hugo ; il faut aller jusqu’à 31’ 22 du début de l’émission pour trouver la séquence.

[On peut aussi relire la première réponse publiée sur la page Facebook de la Société des Amis de Victor Hugo :

https://www.facebook.com/victorhugo1802/posts/1808409906140450 ]

 

 

*Séquence sur Hugo à Guernesey dans Le Mag 33 de « Culturebox » consultable en ligne : http://culturebox.francetvinfo.fr/culture/culturebox-le-mag/culturebox-le-mag-ndeg33-lady-sir-bob-marley-et-victor-hugo-a-guernesey-255375

[Des erreurs dans la présentation: « Cap sur l’île de Guernesey : c’est là que Victor Hugo s’est exilé pour des raisons politiques, là qu’il a écrit « Les Misérables », les « Châtiments » ou encore « Les Contemplations ». Visite guidée, avec Marie Berrurier, de cette « Hauteville House » la maison où il lui arrivait de faire tourner les tables pour entrer en contact avec les fantômes du passé. » Rappelons que la publication de Châtiments et les séances de communication par les tables datent du séjour de l’exilé à Jersey, de 1853 à 1855]

*On peut entendre en ligne Fatou Diome, auteure d’un livre intitulé Marianne porte plainte, interrogée par Mouloud Achour le 22 mars, se référer plusieurs fois à Hugo : https://www.facebook.com/GrosJournal/?pnref=story 

 

  *Les Contemplations ont été inscrites au programme des concours d’agrégation de Lettres en 2017 dans l’édition présentée et annotée en 2002 par Ludmila Charles-Wurtz (« Le Livre de poche classique », Librairie générale française). A cette occasion, un colloque a eu lieu sur le recueil les 4 et 5 novembre à la Sorbonne et à Censier ; on peut lire sur le site du Groupe Hugo chaque communication en cliquant sur son titre: http://groupugo.div.jussieu.fr/Groupugo/Colloques%20agreg/Les%20Contemplations/Colloque%20Contemplations%20novembre%202016.htm

 

 

*Lancement, le 11 mai 2016, d’un portailhttp://parismuseescollections.paris.fr/ donnant accès en ligne, gratuitement, à plus de 185.000 oeuvres appartenant aux riches collections des 14 musées de la Ville de Paris, comme Carnavalet, le Petit Palais, le Musée d’art moderne ou la Maison de Victor Hugo.

 

*Carine Fréard nous a signalé une mine de vidéos hugoliennes sur un site : http://www.babelio.com/auteur/Victor-Hugo/2250/videos

 

*Mise en ligne sur le site de la Fondation Bru Zane d’une communication de Lise Régnier (introduite et conclue par Arnaud Laster) : « La Réception de La Esmeralda comme révélateur de sa modernité », dans le cadre d’un colloque de l’Opéra-Comique, La Modernité française au temps de Berlioz ( février 2010), sous la direction d’Alexandre

 Dratwicki et Agnès Terrier. Lien avec cette communication : http://www.bruzanemediabase.com/Parutions-scientifiques-en-ligne/Articles/Regnier-Lise-Laster-Arnaud-La-reception-de-La-Esmeralda-comme-revelateur-de-sa-modernite

 

*Nous vous annoncions que The Hunchback of Notre-Dame, d’après Notre-Dame de Paris, livret de Peter Parnell, lyrics de Stephen Schwartz, musique d’Alan Menken

(compositeur de celle du dessin animé des studios Disney), après avoir été représenté du 15 mars au 5 avril 2015 au Paper Mill Playhouse de Millburn (New Jersey), avec Michael Arden (Quasimodo), Patrick Page (Dom Claude Froll)o, Ciara Renée (Esmeralda), Andrew Samonsky (Phoebus), Erik Liberman (Clopin Trouillefou), était en cours d’enregistrement et la sortie du CD prévue en janvier 2016) en nous référant à http://www.playbill.com/news/article/quasimodo-in-the-studio-see-michael-arden-patrick-page-and-cast-of-hunchback-of-notre-dame-record-the-cast-album-365168#sthash.NAiwc5YI.dpuf . Lorinda Prignot nous a confirmé la sortie, fin janvier, du CD d’enregistrement studio de cette première version américaine de l’adaptation musicale du Hunchback of Notre-Dame (dont une version allemande, nous rappelle-t-elle, avait été faite un an ou deux après le Disney). Le spectacle donné dans un théâtre aux Etats-Unis aurait dû ensuite aller à Broadway, mais cela ne s’est pas fait. Lorinda a reçu le CD et estime intéressants les emprunts au livre: on trouve Jehan au début, Esmeralda meurt à la fin, la morale est plus ambiguë que dans la version des studios Disney…En tout cas elle « apprécie beaucoup les chanteurs et leurs voix », et « la belle énergie » qui s’en dégage. Le 4 mai, publication d’un compte rendu de cet album par Lorinda Prignot : http://www.tony-comedie.com/news/album-bossu-de-notre-dame-comedie-musicale-disney/

  

* « Notre-Dame de Paris, l’amour, la mort, l’Histoire (Paris, 1482) », conférence par Agnès Spiquel (professeur émérite), enregistrée en 2014 à l’Université de Nantes : https://www.franceculture.fr/conferences/universite-de-nantes/notre-dame-de-paris-de-victor-hugo-une-oeuvre-immorale

[Comment Victor Hugo a réinventé le roman en dilatant les formes traditionnelles du genre romanesque pour y amalgamer la philosophie, l’histoire, la poésie, l’épopée.]

 

*Le site Entendre Victor Hugo, mis en ligne depuis le 17 août 2014 par l’acteur Pierre-François Kettlerhttp://entendre-victor-hugo.com/, s’est, un an durant, enrichi quotidiennement de nouveaux enregistrements de poèmes lus par lui, accompagnés de la reproduction des textes (vérifiés par Arnaud Laster). Ils sont classés par périodes de publication – « Avant l’exil », « Pendant l’exil », « Après l’exil » – et dans chacune de ces périodes par recueils. Des présentations d’Arnaud Laster complètent l’information. Aux poèmes disponibles à la date du 17 août 2015 – voir http://victor-hugo.org/fr/victor-hugo-sur-la-toile/ - se sont ajoutés « Je n’ai pas de palais épiscopal en ville… » (L’Année terrible, juin, IV) et « À ceux qu’on foule aux pieds » (L’Année terrible, juin, XIII) et, tout récemment « Quand le bien et le mal… » (Les Quatre Vents de l’esprit, III, 3).

 

Voir aussi http://victor-hugo.org/fr/films-cd-et-dvd/

 

Avantages proposés aux adhérents de la Société des Amis de Victor Hugo :

 

-Tarif réduit de 17 euros (commun aux seniors de 65 ans et plus, jeunes de 18 à 25 ans et demandeurs d’emploi), sur présentation de la carte d’adhérent lors du retrait des places, au lieu de 26, pour les spectacles du Théâtre 13 / Jardin, Paris 13e, 103A boulevard Auguste-Blanqui. Le prochain sera La Dame de chez Maxim, adaptation de la pièce de Feydeau par Johanna Boyé (metteuse en scène) et Pamela Ravassard (interprète de Gabrielle Petypon et de Mme Vidauban), création musicale Mehdi Bourayou (interprète d’Emile), avec Vanessa Cailhol (La Môme Crevette), Florian Choquart (Petypon), Arnaud Dupont (Mongicourt, La Duchesse), Lauri Lupi (Etienne, Corignon, L’Abbé), Garlan le Martelot (Clémentine, Le Duc), Vincent Viotti (Le Général Petypon du Grêlé).  Du 5 septembre au 15 octobre. Tarif unique à 13 euros le 13 de chaque mois. Représentations du mardi au samedi à 20h, le dimanche à 16h. Réservations au 01 45 88 62 22, du lundi au vendredi de 14h à 19h et en période de représentation le samedi de 14h à 19h et le dimanche de 14h à 15h.

 

-Tarif réduit de 18 euros, sur présentation de la carte d’adhérent lors du retrait des places, au lieu de 25 pour les spectacles du Théâtre 14, Paris 14e, 20 avenue Marc Sangnier. Le prochain sera Jean Moulin, Evangile, fiction historique de Jean-Marie Besset, mise en scène Régis de Martrin-Donos, costumes David Belugou, avec Arnaud Denis, Sophie Tellier, Gonzague Van Bervesselès, Laurent Charpentier, Chloé Lambert, Stéphane Dausse, Michaël Evans, Loulou Hanssen, Jean-Marie Besset. Du 5 septembre au 21 octobre. Représentations les mardis, vendredis et samedis à 20h 30, les mercredis et jeudis à 19h, les samedis à 16h. Réservations à partir du 29 août auprès de Madeleine Dos Santos, responsable des collectivités : 01 45 43 25 48, du lundi au vendredi de 14h à 17h et par courriel à contact@theatre14.fr

 

- Réduction de 5% (9 euros 50 au lieu de 10) et frais d’expédition offerts pour le Journal de ce que j’apprends chaque jour de Victor Hugo, préfacé et annoté par Danièle Gasiglia, collection dirigée par Fabrice Millon, Editions D’ores et déjà, 179 pages (achevé d’imprimer en février 2012 ; en librairie depuis le 1er juin 2012) en cas de commande directe à l’adresse électronique de l’éditeur : ores.deja@yahoo.fr

 

-Voir aussi http://victor-hugo.org/fr/reductions-et-avantages/

 

Petites et Grandes Annonces

 

*Nous avons reçu, par courrier postal, de la Libraire ancienne du sud Gironde à Bazas une proposition de vente d’une collection de 732 documents de Hugo et sur Hugo publiés entre 1830 et 1960 et  rassemblés par « un Hugolâtre anonyme » sous forme de plaquettes in 8° et in 12°. Le prix de cette collection, indique le libraire, « est légèrement négociable, dans la mesure du raisonnable »! Et après avoir précisé que « l’ensemble est non séparable par respect pour le collectionneur anonyme qui l’a constitué entre les années 1920 et 1960″, il le propose pour…3500 euros. Comme la liste des plaquettes dont se compose cette collection s’étend sur 42 pages, nous en avons demandé une version numérisée afin de pouvoir la transmettre à qui serait susceptible de s’y intéresser, voire de l’acquérir. Pour la recevoir, s’adresser à amisdevictorhugo@laposte.net

 

*Des cinq livres dont un de nos adhérents, Patrice Gicquel, nous a demandé d’annoncer la mise en vente, il ne reste que deux ; en voici la description :

 -L ‘Année terrible de Victor Hugo. C’est un grand in 8 illustré, un demi basane marron (dos lisse) titre doré édition non datée chez Eugène Hugues. Prix de vente 20€.

 - Choses vues de Victor Hugo, in 12, demi chagrin marron (dos lisse) tranche dorée, titre doré orné de fleurons, édition non datée chez Hetzel et Quantin, ouvrage acheté chez Auguste Blaizot à Paris. Prix de vente : 30€

 Il fera une « remise conséquente » aux acheteurs qui seraient membres de notre association.

Il ajoute deux nouvelles propositions :

- L’Homme qui rit de Victor Hugo, en trois volumes, Hetzel ,  format in 8, demi chagrin rouge sans date, avec titre doré en excellent état. Prix de vente : 25 € pour les adhérents de notre association avec un frais de port gratuit.

- Valvèdre de George Sand, quatrième édition chez l’éditeur Michel Lévy de 1863 avec les couvertures conservées ; format in 8, demi chagrin chocolat avec titre doré et date en queue de coiffe. Prix de vente : 40 € pour les adhérents de notre association avec un frais de port gratuit.

Adresse de Patrice Gicquel : patrice.l.gicquel@gmail.com

 

 

Pour mémoire

 

*Krishnâ Renou nous a signalé une conférence d’Agnès Spiquel, intitulée Victor Hugo. Le jardin puis l’enchantement,  mercredi 4 octobre au 5 rue des Ursulines. Le tarif était de 20 euros.

 

*Sur le site Olyrix, compte rendu, le 1er octobre, de la reprise du Dernier Jour d’un condamné de David Alagna à l’Opéra de Marseille. On y lit que « l’œuvre est un plaidoyer d’opéra. Elle porte à la scène la réaction engagée de Hugo, par les moyens propres de la littérature, à la logique de terreur de la Révolution française ». Explication ô combien discutable et réductrice ! Mais, plus comique, la chroniqueuse, que nous aurons la discrétion de ne pas nommer, laisse passer, un peu plus loin, ce que nous aurons l’indulgence d’appeler une coquille : « La dimension mélodramatique hugolienne fabrique ici ses éternelles causettes, deux orphelines qui apparaissent sur scène jusqu’à voir l’invisible et l’impossible de la mort, l’une du père, l’autre de la mère. » Vous avez bien lu « causettes » !

*La Dépêche nous apprend, le 30 septembre, que la place Victor-Hugo de Cahors (Lot) est en cours d’aménagement et que sur, une proposition de l’architecte, « le passant retrouvera, ici et là, gravée une phrase d’un poème de Victor Hugo, à méditer avant de rejoindre le bureau ».

*Bonne notice sur Hugo par Françoise Stora, le 29 septembre, sur le site de la Fédération nationale de la Libre Pensée : http://www.fnlp.fr/news/438/17/Victor-Hugo-1802-1885.html On peut y ajouter que dans un de ses carnets Hugo a noté ceci , le 1er juin 1872 : « Hier, on est venu pour le recensement, on m’a demandé si j’étais catholique, j’ai répondu : non, libre penseur » (texte établi d’après le manuscrit par Sheila Gaudon, Œuvres complètes, édition chronologique, Le Club français du livre, tome XVI, 1970, p. 776).

 

*Carine Fréard nous signale à la fin d’un épisode d’Esprits criminels, où une mère de famille retrouve sa fille de 4 ans enlevée, diffusé par TF1 le 27 septembre et suivi par la plus forte audience de la soirée, , une citation de Victor Hugo : « Les bras des mères sont faits de tendresse ; les enfants y dorment profondément » ; remarque inspirée au narrateur des Misérables par le sommeil de Cosette dans les bras de Fantine.

enfants y

*La Compagnie Nihilo Nihil présentait « Eviradnus » de Victor Hugo dans le cadre de ses « Apéros littéraires », le 24 septembre à 10h à Buding (Moselle), dans la cour du Musée du Moulin. Entrée gratuite.

 

*18 nationalités étaient représentées à la 14e Biennale mondiale de la Reliure d’art à St Rémy-lès-Chevreuse, Espace Racine face à la gare, du 20 au 24 septembre. M. Jean-Pierre Colin a attiré notre attention sur le concours international de reliure d’Art organisé tous les deux ans à cette occasion, car le livre à relier cette année était L’Art d’être grand-père de Victor Hugo. On peut voir sur le site de cette Biennale les reliures primées : http://www.biennales-reliure.org/index.php/fr/2015-06-27-14-59-05/2017-07-09-16-25-12.html . Hyojin Lee, de Corée du sud, a reçu le prix inter-écoles. Sa reliure en cuir marron est parsemée de petites étoiles colorées. « Je voulais montrer que Victor Hugo a connu beaucoup de difficultés dans sa vie et que ses petits-enfants ont donné de la couleur à sa fin de vie », raconte la jeune femme dans un grand sourire. Le jury se réunit dès le mois de juin pour délibérer et attribuer les prix. « Certains nous demandent comment nous choisissions les livres primés, parce qu’ils disent ne pas voir le lien avec l’œuvre littéraire elle-même. Notre travail de jury c’est de noter le geste technique et sa qualité d’exécution », tient à préciser Anne Périssaguet, la présidente de l’association organisatrice. « Et puis, il y a le prix du public qui permet à tout le monde de voter pour ses trois livres préférés », ajoute-t-elle. Pour Anne Monthéard, qui a reçu le prix de la Jardinerie de Chevreuse, les liens entre le fond et la forme existent bel et bien. « Dans ce recueil, un poème s’intitule ‟ Les griffonnages de l’écolier ”. Je suis donc partie sur cette idée de gribouillages d’enfants », détaille cette ancienne professeure de lettres. Des arabesques de couleurs, en mosaïques de cuir, semblent ainsi jouer sur le vélin noir. Dernier petit clin d’œil à l’œuvre littéraire, le signet en forme de pot de confiture. « Il montre la complicité entre la petite-fille et le grand-père », indique-t-elle.

 

*Pyrénées ou Le Voyage de l’été 1843, adaptation théâtrale et mise en scène Sylvie Blotnikas,  avec Julien Rochefort, a été repris à la Maison du Parc national et de la Vallée à Luz Saint-Sauveur le 22 septembre à 20h 30. On peut entendre Sylvie Blotnikas et Julien Rochefort sur http://www.frequenceluz.com/index.php/podcasts/actions-culturelles/1734-2017-09-19-12-59-51

 

*« Je répète une dernière fois, prévient Rachid Santaki : « Au centre, virgule, au-dessus de la table blanche et éclatante, virgule, un lustre de Venise, point″. » Le romancier et scénariste dicte, micro à la main, un extrait des Misérables [5e partie, livre 6e, II], le roman de Victor Hugo paru en 1862. Ce samedi 22 septembre, une soixantaine d’enfants et d’adultes se sont rassemblés sur la place des Arts, à l’Ile-Saint-Denis, pour accueillir la 108e édition de la dictée des cités. Une première pour la ville. L’objectif de l’événement, organisé en banlieue depuis 2013 par l’association Force des mixités, « est de créer une rencontre entre les habitants grâce à la langue française », explique Rachid Santaki. (Source : Le Parisien)

 

*A l’occasion du 10e anniversaire de la mort du mime Marcel Marceau, le 22 septembre 2007, Bertrand Guyard dans Le Figaro a rappelé que son vrai nom était Marcel Mangel. Il était né le 22 mars 1923, à Strasbourg. Quand la Seconde Guerre mondiale éclata et que les Alsaciens durent se replier en Dordogne, il s’inscrivit aux Arts déco de Limoges. Juif, le père du jeune homme sera arrêté, déporté sans retour. Marcel s’engagea alors dans la Résistance et, cherchant une nouvelle identité, pensa à Victor Hugo et à ces vers:

Ô soldats de l’an deux ! […]
Contre les rois tirant ensemble leurs épées,
Prussiens, Autrichiens, […]
Ils chantaient, ils allaient, l’âme sans épouvante
Et les pieds sans souliers !
[…]/ La Liberté sublime emplissait leurs pensées.
[…]/Ô France, tous les jours, c’était quelque prodige,
Chocs, rencontres, combats ; et Joubert sur l’Adige,
Et Marceau sur le Rhin !

Il était Alsacien, il choisit le Rhin. Obligé de se cacher, il rejoindra ensuite Paris et devint éducateur dans une maison d’enfants de Sèvres. Au même moment, il suivit les cours de théâtre de Charles Dullin.  Il rencontra alors son maître, Étienne Decroux qui avait créé dans les années 1930 ce qu’il appelait «la statuaire mobile». Avec son premier disciple, Jean-Louis Barrault, il jeta les premières bases de la pantomime moderne, inventa la marche sur place. Celui qui, en 1945, sera le père de Deburau dans Les Enfants du paradis de Carné et Prévert, transmit tout cela au jeune Marcel Marceau.

*Le premier tome d’un  roman de Taï-Marc Le Thanh, Les 7 de Babylone, vient de sortir, annonce le site ActuaLitté : c’est l’auteur qui donnera du fil à retordre aux professeurs de français et d’histoire, quand leurs élèves affirmeront que Victor Hugo et Cléopâtre étaient contemporains. Et travaillaient ensemble à sauver le monde. Les 7 de Babylone raconte comment plusieurs figures de l’Histoire vont s’unir pour préserver les 7 Merveilles du Monde. Et son auteur s’en explique: « Mon objectif était clairement de rendre ces personnages accessibles et effectivement de les désacraliser. Tout est parti de Victor Hugo, que j’ai étudié longuement lorsque j’ai passé mon bac de français en 1985, pour les cent ans de sa mort. Je n’étais pas un élève très doué dans cette matière, mais en réalisant un exposé sur Les Travailleurs de la Mer, je me suis imaginé à qui devait ressembler cet homme au quotidien, dans ces moments les plus intimes, en famille ou seul. Et l’exercice m’a plu. […]Ma démarche n’est absolument pas pédagogique, simplement je dresse un portrait suffisamment intrigant de la personnalité pour que les enfants aient envie de s’y intéresser postérieurement.[…] Un soupçon de connaissances générales (même si je redoute un retour d’historiens en colère, très en colère), une larme d’intuition (selon moi, un réveillon de Noël en compagnie de Victor Hugo devait être long, très très long) et une noix d’insolence. Et c’est cette insolence qui procure le plaisir immense à l’écriture des 7 de Babylone. J’ai essayé de m’imaginer ce que pouvait ressentir une personnalité historique qui reviendrait du passé, l’effet que ça lui ferait de réaliser qu’elle est étudiée à l’école, présente dans les manuels scolaires, dans les musées. » 

*Marie-Louise Demangeat qui assiste, depuis plusieurs années, Dalton Baldwin pour des stages de perfectionnement de l’interprétation du répertoire pour chant et piano dans le cadre de l’Académie d’été de Nice-Cimiez, nous a informé des mélodies sur des vers de Hugo pour lesquelles ils prodiguaient leurs conseils : à Cristina Gonzalez pour Comment, disaient-ils, Oh quand je dors et S’il est un charmant gazon de Liszt ; à Yukari Maruki pour Si mes vers avaient des ailes de Reynaldo Hahn ; à Sam Rosner pour la Sérénade de Gounod (« Quand tu chantes bercée.. »).

 

*Le n° d’avril de la revue Historia a demandé aux candidats à l’élection présidentielle française « leurs héros dans l’Histoire ». Emmanuel Macron (En marche !) et Yannick Jadot (Europe Ecologie – Les Verts) ont « voté » Victor Hugo ; Manuel Valls Clemenceau ; Benoît Hamon Rosa Parks ; François Fillon Philippe Séguin ; Nathalie Arthaud les femmes de Petrograd ; François de Rugy Aristide Briand ; Marine Le Pen Richelieu ; Rama Yade Alexis de Tocqueville ; Philippe Poutou Louise Michel ; Nicolas Dupont-Aignan De Gaulle ; Jean-Luc Mélenchon Jacques-Antoine Priqueler ; Michèle Alliot-Marie Aliénor d’Aquitaine ; quant au président de la République, François Hollande, il a désigné Léon Blum ; extraits de réponses: http://tempsreel.nouvelobs.com/presidentielle-2017/20170321.OBS6915/qui-sont-les-heros-historiques-de-macron-et-hamon.html

 

 

                                                             Arnaud Laster (rédacteur de la lettre d’information)

 

                         Benjamin Michelis (responsable de la diffusion de la lettre d’information)

 

Si vous ne voulez plus recevoir ce genre de message, merci de le faire savoir à

amisdevictorhugo@laposte.net